Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 16:15

Lavage de cerveau Ces captifs de Boko Haram qui ont «oublié leur nom»

Quatre-vingts jeunes qui avaient été kidnappés par Boko Haram au Cameroun ont pu être secourus. Selon des témoins, ils ont oublié jusqu'à leur identité.

L'armée nigériane, aidée par le Cameroun, le Tchad et le Niger voisins, tente de reprendre le territoire contrôlé par le groupe islamiste.

L'armée nigériane, aidée par le Cameroun, le Tchad et le Niger voisins, tente de reprendre le territoire contrôlé par le groupe islamiste. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Environ 80 jeunes, âgés de 5 à 18 ans, ont été kidnappés par Boko Haram au nord du Cameroun, où des militants du groupe islamiste d'origine nigériane ont commencé à mener des actes terroristes depuis quelques mois.

Après un raid mené par les forces de sécurité camerounaises, qu'un informateur avait mises sur la piste des enfants kidnappés, les secours ont découvert des jeunes hébétés dans des locaux désertés.

Christopher Fomunyoh, le directeur de l' ONG Institut Démocratique National basé aux USA mais opérant entre autres au Cameroun, a rendu visite à l'orphelinat où ces enfants sont actuellement soignés.

«Contact perdu»

Il a affirmé à la BBC que les enfants avaient passé tellement de temps avec leurs ravisseurs, avaient été tellement endoctrinés par les djihadistes, qu'ils en avaient oublié leur identité. La BBC ne précise pas combien de temps ces enfants ont été coupés de leur environnement.

«Ils ont perdu contact avec leurs parents, ils ont perdu tout contact avec les gens dans leurs villages, ils ne sont plus capables de s'exprimer clairement, d'aider à retracer leurs liens sociaux, ils ne peuvent même pas vous dire leur nom».

Les violences continuent au Nigeria

Parallèlement, au Nigeria, une nouvelle explosion a fait au moins sept morts mardi à Maiduguri, grande ville du nord-est déjà frappée samedi par un triple attentat attribué à Boko Haram.

Le groupe armé a rendu allégeance samedi au groupe Etat Islamique, ce que le gouvernement nigérian présente comme «un acte de désespoir». Le président Jonathan (en pleine campagne électorale) prédit l'élimination prochaine et inévitable des islamistes.

Une crise humanitaire majeure selon le CICR

Ces derniers jours, l'armée nigériane, aidée par le Cameroun, le Tchad et le Niger voisins, a réussi à reprendre un certain nombre de localités aux islamistes dans le nord-est du Nigeria.

Au total, l'insurrection islamiste a fait plus de 13'000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria depuis 2009. Un grand nombre de ces derniers a traversé les frontières poreuses pour trouver refuge dans les pays voisins, le Tchad, le Niger et le Cameroun, où les besoins ne cessent d'augmenter, provoquant une crise humanitaire majeure, précise le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Créé: 11.03.2015, 04h15

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.