Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 09:36

Côte d'Ivoire L'ex-président dénonce des «étrangers armés»: tollé

Le gouvernement ivoirien a condamné des «propos d'une extrême gravité, appelant à la haine de l'étranger», tenus par l'ex-président Henri Konan Bédié.

Le gouvernement ivoirien accuse l'ex-président Bédié d'instrumentaliser «la haine de l'étranger».

Le gouvernement ivoirien accuse l'ex-président Bédié d'instrumentaliser «la haine de l'étranger». Image: SIA KAMBOU / AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Actuellement on fait en sorte que l'Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n'accepteront jamais cela», a déclaré Henri Konan Bédié, selon le communiqué gouvernemental qui reprend une vidéo diffusée sur le site internet du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire - Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA), et que l'AFP a pu consulter.

L'ex-président y incrimine «des étrangers armés» présents en Côte d'Ivoire. «Le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d'Ivoire sous le couvert d'orpaillage», déclare-t-il. M. Bédié évoque aussi «d'autres (étrangers) qu'on fait venir clandestinement» et à qui «on fait faire des papiers», possiblement pour «fausser les élections de 2020» (le prochain scrutin présidentiel).

«Ces propos, d'une extrême gravité, appelant à la haine de l'étranger, sont de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l'unité nationale et la stabilité du pays», dénonce le gouvernement dans son communiqué signé de son porte-parole, le ministre de la Communication Sidi Touré. «Cette déclaration intervient à un moment où plusieurs localités du pays sont secouées par des violences intercommunautaires qui se sont soldées par des morts, des blessés», ajoute le gouvernement.

Instrumentalisation

Des violences ont éclaté jeudi dans le centre de la Côte d'Ivoire après l'assassinat d'un chef traditionnel, moins d'un mois après des violences intercommunautaires qui ont ravagé la ville de Beoumi (centre), se soldant par 14 morts et une centaine de blessés. «Le gouvernement tient à rappeler que l'instrumentalisation de la haine de l'étranger par le Président Henri Konan Bédié et les dérives qui en ont résulté ont été à la base des différentes crises que notre pays a connues depuis le décès du président Félix Houphouët-Boigny en décembre 1993», selon le communiqué.

En Côte d'Ivoire, pays dont une partie importante des 25 millions d'habitants est issue de l'immigration, la question de la nationalité est extrêmement sensible depuis une vingtaine d'années, notamment lorsqu'était apparu le mot d'«Ivoirité». Allié jusqu'à l'an dernier du parti au pouvoir du président Alassane Ouattara, le PDCI est depuis entré en lutte ouverte avec lui, dans la perspective de l'élection présidentielle d'octobre 2020 qui s'annonce déjà tendue. (afp/Le Matin)

Créé: 09.06.2019, 17h41


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.