Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 12:00

Cisjordanie Airbnb fait volte-face sur les colonies

La plateforme de location Airbnb est revenue mardi sur sa décision de se retirer des colonies de Cisjordanie occupée.

Environ 430'000 colons israéliens vivent une coexistence souvent conflictuelle avec plus de 2,5 millions de Palestiniens en Cisjordanie, occupée depuis 1967 par Israël.

Environ 430'000 colons israéliens vivent une coexistence souvent conflictuelle avec plus de 2,5 millions de Palestiniens en Cisjordanie, occupée depuis 1967 par Israël. Image: AFP

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Galerie photo

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences La décision du président américain de reconnaître Jérusalem le 7 décembre 2017 comme la capitale d'Israël provoque une vague de violences entre Palestiniens et Israéliens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plateforme de location saisonnière Airbnb a annoncé mardi revenir sur sa décision très controversée de cesser de référencer des logements situés dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée, mettant ainsi fin aux poursuites engagées contre elle.

«Nous comprenons la complexité de ce sujet», a souligné Airbnb. Et de préciser: «nous continuerons à accepter des offres de location en Cisjordanie, mais Airbnb ne tirera aucun bénéfice de l'activité dans la région». L'entreprise était poursuivie en Israël mais aussi devant un tribunal fédéral américain, où des plaignants juifs américains l'accusaient de discrimination religieuse.

L'entreprise a affirmé que tout bénéfice réalisé dans l'ensemble de la Cisjordanie serait remis à une organisation humanitaire à but non lucratif opérant dans différentes parties du monde, précise le communiqué. Airbnb va appliquer la même politique en Ossétie du sud et en Abkhazie, «deux autres régions disputées».

Contre le boycott

L'entreprise dit avoir toujours été opposée au mouvement de boycott contre Israël. «Airbnb n'a jamais boycotté Israël ou des entreprises israéliennes ou les plus de 20'000 hôtes israéliens qui sont actifs sur la plateforme», insiste-t-elle.

La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis plus de 50 ans. Les colonies qui y sont construites par Israël sont considérées comme illégales par la communauté internationale qui les voient comme l'un des principaux obstacles à la paix. Le gouvernement israélien conteste cette vision.

La plateforme avait annoncé l'année dernière renoncer à proposer ses quelque 200 offres de locations en Cisjordanie après de longues consultations avec des experts, et en fonction de critères observés dans d'autres territoires occupés à travers le monde. Parmi ces critères figurait la contribution éventuelle de ses offres aux «souffrances humaines existantes».

«Agir de manière responsable»

Soucieuse «d'agir de manière responsable», Airbnb avait souligné que les colonies de Cisjordanie étaient «au coeur de la querelle entre Israéliens et Palestiniens». Cette décision ne concernait pas les hôtes Airbnb en Israël. Elle avait provoqué l'indignation de la droite au pouvoir en Israël, dont une grande partie considère que la Cisjordanie devrait être reconnue comme faisant partie intégrante d'Israël.

Le gouvernement combat farouchement depuis des années tout ce qui ressemble à une entreprise de boycott, qu'il dénonce comme une remise en cause de la légitimité de l'Etat hébreu. Environ 430'000 colons israéliens vivent une coexistence souvent conflictuelle avec plus de 2,5 millions de Palestiniens en Cisjordanie, occupée depuis 1967 par Israël. (afp/nxp)

Créé: 10.04.2019, 00h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.