Mardi 18 décembre 2018 | Dernière mise à jour 17:43

Justice L'Allemagne autorise la remise à Madrid de Puigdemont

La justice allemande a autorisé jeudi la remise à l'Espagne du leader indépendantiste Carles Puigdemont pour malversations. «Nous nous battrons jusqu'au bout», assure celui-ci.

Madrid réagit

«Ce qui est important pour la justice espagnole, c'est que les personnes impliquées dans les événements qui se sont produits au cours du dernier semestre de 2017 doivent être jugées par les tribunaux espagnols», a dit le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice allemande a autorisé jeudi la remise à Madrid du chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont pour malversations. Elle a par contre rejeté le motif plus grave de rébellion pour lequel il est inculpé en Espagne.

«L'extradition pour l'accusation de détournement de fonds publics est recevable, une extradition pour l'accusation de rébellion n'est pas recevable», a indiqué le tribunal du Schleswig-Holstein. Il revient désormais au procureur d'organiser cette remise aux autorités espagnoles.

Dans l'intervalle, «Carles Puigdemont reste libre», a ajouté le tribunal. Il a précisé par la suite qu'il allait «décider sous peu de l'autorisation d'extrader l'accusé pour détournement de fonds».

Carles Puigdemont a assuré qu'il se battrait «jusqu'au bout». «Nous avons vaincu le principal mensonge soutenu par l'Etat. La justice allemande dit que le référendum du 1er octobre n'est pas de la rébellion», a ajouté Puigdemont.

Le successeur de Puigdemont à la tête du gouvernement catalan, Quim Torra, a de son côté assuré sur Twitter que la décision de la justice allemande «démontre une fois de plus les tromperies et les mensonges de poursuites judiciaires qui n'auraient jamais dû être entamées».

Accusation «aberrante»

La décision du tribunal porte un coup aux chefs d'accusations espagnols. Elle peut empêcher un procès pour rébellion, crime passible de 30 ans de prison en Espagne: «la cour part du principe que le tribunal espagnol respectera (la décision allemande) et qu'il ne poursuivra pas l'accusé Puigdemont pour rébellion en plus de l'accusation de corruption».

Les juges ont aussi rejeté les arguments de l'indépendantiste catalan qui estimait être victime de poursuites politiques et que dès lors son extradition devait être interdite. «Il est aberrant de porter (une telle accusation) contre l'Etat espagnol, membre de la communauté de valeur et de l'espace juridique de l'Union européenne», estime le tribunal.

Poursuivi pour rébellion et détournements de fonds en Espagne en raison du référendum d'indépendance catalan organisé à l'automne 2017, Carles Puigdemont s'était réfugié en Belgique après sa destitution de la présidence catalane par Madrid et de là voyageait pour tenter d'internationaliser son combat. Il avait été interpellé fin mars dans le nord de l'Allemagne. Il revenait d'un déplacement en Finlande, en voiture, en route pour la Belgique.

(afp/nxp)

Créé: 12.07.2018, 11h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.