Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 01:32

Brasilia Début d'une semaine de mobilisation indigène

Différentes ethnies brésiliennes entament une semaine pour faire valoir leurs droits territoriaux.

Lundi 23 avril 2018, des centaines de brésiliens indigènes ont installé leur campement pour une semaine de manifestations devant le palais gouvernemental à Brasilia.

Lundi 23 avril 2018, des centaines de brésiliens indigènes ont installé leur campement pour une semaine de manifestations devant le palais gouvernemental à Brasilia. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des centaines d'indigènes de différentes ethnies installaient lundi leur «Campement Terre Libre», près du palais du gouvernement à Brasilia, à l'ouverture d'une semaine de mobilisation. Ils réclament leurs terres ancestrales.

Les manifestations, organisées chaque année, surviennent cette fois dans un contexte politique considéré comme hostile par les leaders indigènes. Ces derniers accusent le gouvernement conservateur du président Michel Temer de refuser la délimitation de leurs territoires - premier pas vers une restitution des terres - et de favoriser le secteur agro-industriel, puissant au Parlement.

«La conjoncture politique est très négative pour nous. C'est le premier gouvernement de l'Histoire qui n'a ni délimité ni homologué les terres. Temer restera dans l'Histoire comme le président qui n'a pas accepté de dialoguer avec les peuples indigènes», a commenté à l'AFP Kreta Kaingang, représentante de l'Association des peuples indigènes du Brésil (APIB).

«Nous savons que les intérêts internationaux sont grands, dans l'activité minière et pétrolière», a-t-il ajouté.

Sièges politiques

Dans l'après-midi, les organisateurs estimaient à plus de 2500 le nombre d'indigènes arrivés à Brasilia pour cette mobilisation colorée. La plupart d'entre eux sont venus en habits traditionnels.

L'autre objectif de ce rassemblement est de soutenir les candidatures indigènes pour les élections présidentielle et législatives du 7 octobre, a indiqué Kreta Kaingang. Les manifestants espèrent décrocher un siège de député et un autre de sénateur, ce qui serait une première depuis les années 1990.

Les organisateurs espèrent une mobilisation plus sereine que celle de 2017, quand des affrontements avaient éclaté entre la police et des centaines d'indigènes qui tentaient d'entrer au Parlement pour y installer des répliques de cercueils, en hommage aux indigènes tués lors de conflits avec des propriétaires agricoles. (ats/nxp)

Créé: 24.04.2018, 02h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.