Lundi 10 décembre 2018 | Dernière mise à jour 11:13

Internet Le nouveau site de la blogueuse Yoani Sanchez bloqué à Cuba

Yoani Sanchez a lancé mercredi le premier journal numérique indépendant dans l'île. Les autorités ont immédiatement bloqué le site qui reste inaccessible à Cuba. Mais visible depuis l'étranger.

Yoani Sanchez, philologue de 38 ans, a reçu de nombreux prix internationaux pour ses chroniques acerbes de la vie quotidienne à Cuba.

Yoani Sanchez, philologue de 38 ans, a reçu de nombreux prix internationaux pour ses chroniques acerbes de la vie quotidienne à Cuba. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le premier média indépendant depuis un demi-siècle à Cuba a été lancé par la célèbre blogueuse Yoani Sanchez, mais seuls les internautes étrangers y ont accès, le site ayant été immédiatement bloqué à Cuba.

La dissidente Yoani Sanchez a mis en ligne mercredi 21 mai un quotidien numérique baptisé «14ymedio», qui devait être le premier média indépendant depuis un demi-siècle à Cuba. Ils sont tous contrôlés par l’État. Mais très rapidement, le site de la blogueuse dissidente a été bloqué à Cuba quelques minutes après son lancement, ont constaté des journalistes de l'AFP. Il est pour l’heure accessible depuis l'extérieur.

La Mère Teresa des dissidents

Mais, l'internaute cubain voulant surfer sur le site «14ymedio» est automatiquement redirigé vers un autre site, Yoanislandia.com, dénonçant les activités de la blogueuse cubaine. «Ceci est le site d'un groupe de gens qui en ont marre que Yoani Sanchez soit présentée comme la Mère Teresa des dissidents cubains et le fétiche d'internet, alors qu'on cache ses ambitions politiques et économiques», affirme la présentation de Yoanislandia.

Tout avait pourtant bien débuté lors de la mise en ligne du quotidien qui avait démarré sa première édition mercredi à 8heures (12h00 GMT), avec «des reportages, des nouvelles, et un cahier de pages culturelles, pratiques et sportives», écrit mardi soir Yoani Sanchez sur son compte Twitter.

Outre un reportage sur la violence nocturne à La Havane et un entretien avec un prisonnier politique, la première édition de «14ymedio » publie une lettre de 28 personnalités du monde entier demandant au gouvernement cubain de «respecter le droit» à exister du nouveau média. Parmi les signataires figurent le prix Nobel de littérature péruvien Mario Vargas Llosa et l'ex-président polonais et prix Nobel de la paix Lech Walesa.

Réalisation d'un rêve

«Aujourd'hui, je réalise un rêve, un espace journalistique au sein duquel m'accompagnent de nombreux collègues», explique Yoani Sanchez dans son premier article pour «14ymedio».

«Ce sera un espace pour raconter Cuba de l'intérieur», pour informer sur «la réalité nationale» et «un média qui, nous espérons, aidera et accompagnera la nécessaire transition qui va se dérouler dans notre pays», avait expliqué Yoani Sanchez sur son blog «Generacion Y» en annonçant le lancement.

Des coups de téléphone

La philologue de 38 ans, qui a reçu de nombreux prix internationaux pour ses chroniques acerbes de la vie quotidienne à Cuba, affirme que «divers membres de son équipe de rédaction ont déjà reçu des premiers coups de téléphone d'avertissement de la Sécurité d’État».

«Mais nous n'avons aucune raison de nous sentir coupables. 14ymedio naît sans rien à cacher. L'information concernant sa ligne éditoriale, ses engagements éthiques et son financement seront publiés sur la page web», a-t-elle expliqué lors de l'annonce du lancement.

Tous les opposants ... des «mercenaires»

Les autorités cubaines considèrent généralement tous les opposants comme des «mercenaires» au service des Etats-Unis et dénoncent Yoani Sanchez comme le fer de lance d'une «guerre cybernétique» lancée par Washington contre Cuba.

Le mari de la blogueuse, le journaliste Reinaldo Escobar, est le rédacteur en chef de «14ymedio», qui tire son nom du 14ème étage où vit et travaille Yoani Sanchez à La Havane, de l'année 2014, du Y qui a fait sa réputation et du «vocable +medio+» (média en français).

L'équipe de rédaction de «14ymedio», légalement enregistrée à Madrid, en Espagne, compte 11 personnes et le site devrait être actualisé deux à trois fois par jour, selon les explications de ses animateurs.

De Fidel à Raul Castro

La presse indépendante a disparu de Cuba dans les années 60 sous la férule de Fidel Castro, qui a cédé le pouvoir à son frère Raul à partir de 2006.

Ce dernier a depuis lors entrepris des réformes économiques introduisant une part d'économie de marché et supprimé beaucoup d'interdictions qui pesaient sur les Cubains, tout en écartant toute réforme politique du régime, exclusivement dominé par le parti communiste de Cuba

Le fil twitter de Yoani Sanchez

(afp/nxp)

Créé: 21.05.2014, 16h17

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.