Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 22:53

Etats-Unis Ces héros des fusillades américaines

Dans la noirceur des fusillades l'attitude héroïque d'Américains ordinaires apporte une lueur d'espoir, à défaut de progrès tangibles pour endiguer la violence des armes à feu.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Kendrick Castillo, un élève de 18 ans tué mardi dans l'attaque contre son école de la banlieue de Denver, s'est «jeté» sur l'un des deux tireurs, a assuré mercredi une de ses camarades de classe, Nui Giasolli, sur la chaîne NBC.

Trois autres garçons ont fait de même, «ça nous a donné le temps de plonger sous nos bureaux, de nous protéger ou de quitter la pièce», a ajouté l'adolescente, en les remerciant pour leur «héroïsme».

L'un d'eux, Brendan Bialy, s'est engagé il y a quelque temps dans les Marines en vue d'une incorporation cet été. «Son courage (...) aux dépens de sa propre sécurité est admirable et source d'inspiration», ont commenté les forces armées dans un communiqué.

Une semaine plus tôt, un étudiant de 21 ans au physique athlétique, Riley Howell, a «mis à terre» un tireur qui venait d'ouvrir le feu sur le campus de son université, à Charlotte en Caroline du Nord.

Son acte de bravoure a donné le temps à la police d'intervenir et de limiter l'ampleur du drame. Mais le jeune homme, touché à trois reprises, figure parmi les deux victimes de la tuerie.

Le chef de la police locale Kerr Putney a salué son «sacrifice». Il «a fait exactement ce que nous entraînons les gens à faire: vous courez, vous vous cachez et vous vous protégez, ou bien vous faites face à l'assaillant», a-t-il expliqué. «N'ayant aucun endroit pour fuir ou se cacher, il a fait le dernier choix».

- Effet d'entraînement -

La réaction de ces jeunes gens montre que le message de prévention en trois étapes martelé par les autorités, «courir, se cacher, se battre», commence à être intégré, déclare à l'AFP le professeur de sciences politiques Robert Spitzer.

«Savoir que les personnes qui s'interposent parviennent souvent à arrêter un tireur, même quand elles ne sont pas armées, encourage les autres à agir», ajoute-t-il. «Elles nourrissent aussi l'espoir qu'il est possible d'avoir un impact» sur ces situations, estime cet enseignant à l'Université de Cortland.

Les promoteurs d'un marché des armes plus régulé relèvent toutefois que personne ne devrait avoir à se sacrifier pour empêcher un bain de sang.

L'association Everytown For Gun Safety a rendu hommage dans un tweet à Kendrick Castillo et Riley Howell, et appelé les parlementaires américains à s'opposer au lobby des armes National Rifle association (NRA) «afin que les élèves n'aient plus à s'opposer à des tireurs».

La puissante NRA note tous les candidats aux élections et finance la campagne de ceux qui défendent son point de vue, exerçant ainsi un contrôle important sur les élus, notamment républicains.

Malgré les drames récurrents, aucune réforme significative du marché des armes à feu n'a jamais été adoptée aux Etats-Unis, où la violence continue de se déchaîner. Selon le site Gun violence archives, 115 fusillades ont fait plus de quatre blessés chacune depuis le 1er janvier.

- Récupération -

Dans ce contexte, les actes héroïques peuvent aussi faire l'objet de récupération de la part des défenseurs des armes à feu, qui «glorifient» le droit à l'auto-défense, relève le sociologue Gregg Carter.

Fin 2017, un ancien soldat avait massacré 25 personnes, dont une femme enceinte, lors de la messe dominicale dans une église texane. En sortant du bâtiment, il avait été pris en chasse par Stephen Willeford, un voisin de 55 ans, armé d'un fusil AR-15. Celui-ci avait réussi à blesser le tueur et avait permis aux forces de l'ordre de l'interpeller.

Son «courage» avait été salué par Donald Trump, un fervent défenseur du droit au port d'armes. Si Stephen Willeford n'avait pas été armé, «on aurait eu des centaines de morts de plus», avait affirmé le président républicain.

Le 26 avril, les deux hommes se sont croisés à la convention annuelle de la NRA. A cette occasion, le locataire de la Maison Blanche a redit que de nombreuses vies auraient pu être sauvées dans la salle de concert parisienne du Bataclan, où un attentat djihadiste, a fait 90 morts le 13 novembre 2015, si «une personne avait eu une arme de l'autre côté». (afp/nxp)

Créé: 11.05.2019, 09h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.