Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 08:59

Etats-Unis Le Congrès blanchit l'administration Obama pour Benghazi

Les critiques assuraient que la CIA n'avait pas fourni une sécurité adéquate à ses propres agents, terrés dans un bâtiment proche du site, et qu'aucun renfort ne leur avait été envoyé.

Les services de sécurité diplomatiques s'entraînent désormais pour répliquer à des attaques semblables à celles de Benghazi.

Les services de sécurité diplomatiques s'entraînent désormais pour répliquer à des attaques semblables à celles de Benghazi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'administration du président Barack Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque de la mission diplomatique américaine de Benghazi, en Libye, a conclu vendredi une commission parlementaire.L'assaut d'islamistes avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, dont l'ambassadeur.

Depuis l'attaque, tant la Maison-Blanche, que la CIA et le département d'Etat sont la cible de féroces critiques. Ces derniers assurent que la CIA n'a pas fourni une sécurité adéquate à ses propres agents, terrés dans un bâtiment proche du site, et qu'aucun renfort ne leur a été envoyé.

Pas sécurisé de manière adéquate

Mais, dans son rapport, la commission du renseignement de la Chambre des représentants, présidée par des élus républicains, estime que la réaction de l'agence du renseignement a été appropriée. «La CIA a assuré une sécurité suffisante à ses agents à Benghazi et, bien que l'ordre ne lui en ait pas été donné, a porté secours (aux employés du) département d'Etat, la nuit de l'attaque», écrivent les élus.

«La CIA a bénéficié de tout le soutien militaire disponible», estiment-ils. Les parlementaires pensent cependant que le complexe diplomatique où l'ambassadeur Christopher Stevens se trouvait lorsqu'il a été tué n'était pas sécurisé de manière adéquate.

Aucune faille

La commission a également conclu qu'«aucune faille» n'avait entaché la collecte de renseignements avant les attaques. La mission américaine était en effet bien consciente de la détérioration de la situation sécuritaire à Benghazi, mais n'avait pas eu vent d'un quelconque projet d'attaque contre elle, soulignent encore les élus.

L'attaque de Benghazi a eu lieu le jour anniversaire des attentats du 11 septembre et a été organisée par des groupes armés libyens, dont certains membres sont liés à al-Qaïda.

Dans la foulée, Susan Rice, alors ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, avait assuré que l'attaque avait été provoquée par la publication d'une vidéo islamophobe sur YouTube. Les critiques de l'administration Obama s'étaient immédiatement élevés contre cette version destinée, selon eux, à nier le rôle d'al-Qaïda dans l'attaque et à protéger le bilan du président Barack Obama, alors en campagne pour sa réélection, en matière d'antiterrorisme.

Mais le rapport exonère Mme Rice dans la mesure où ses déclarations étaient basées, selon la commission du renseignement, sur les conclusions de l'époque des agences de renseignements. (smk/ats/nxp)

Créé: 22.11.2014, 07h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.