Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 20:51

Lobby Le drame d'Aurora donne du crédit aux «pro-armes»

Le deuxième amendement de la constitution américaine autorise chacun à posséder une arme. La fusillade de vendredi relance le débat tout juste après l'événement.

Wayne LaPierre, chef de la NRA (National Rifle Association), lors du meeting du puissant lobby d'armes des Etats-Unis.

Wayne LaPierre, chef de la NRA (National Rifle Association), lors du meeting du puissant lobby d'armes des Etats-Unis. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Si j’avais été là, je l’aurais empêché de continuer»: les défenseurs américains du port d’armes sont persuadés qu’un homme bien équipé aurait pu neutraliser le tireur qui a fait 12 morts dans un cinéma vendredi dans le Colorado.

«Le port d'arme n'est pas le problème»

«Je ne pense pas que le droit de porter des armes soit à l’origine du problème. En fait, si quelqu’un en avait eu une dans le cinéma où a eu lieu la fuisillade, il aurait pu l’empêcher de continuer. Si j’avais été là, je l’aurais empêché de continuer», assure John Oberly, un entraîneur de rugby qui pratique le tir sportif.

Son analyse n’a rien d’original: ses arguments sont ceux de la plupart des défenseurs du deuxième amendement de la Constitution américaine, qui garantit le droit de porter des armes.

Dans l’armurerie d’Aurora, commune de la banlieue de Denver (ouest) où James Holmes, 24 ans, a tué vendredi 12 personnes dans un cinéma où avait lieu la première de «Batman», John Oberly est venu acheter des munitions. Près de lui, une fillette manipule un fusil. «Il est trop grand pour toi, ma chérie. Allons en chercher un autre», lui souffle sa mère.

Achat facilité

«Les défenseurs du port d’armes disent qu’il faut que davantage de gens portent des armes pour que ce genre de choses n’arrive plus», résume Eileen McCarron, du Colorado Ceasefire Capitol Fund, qui milite pour une réglementation accrue des armes. «Mais dans ce cinéma, il faisait noir, il y avait près de 200 personnes, et l’assaillant avait lancé des fumigènes. Tout ce que d’autres personnes armées auraient pu faire, c’est de tuer d’autres innocents», poursuit-elle.

A Aurora, la police a retrouvé un fusil d’assaut, un fusil à pompe et un pistolet dans la voiture du suspect, et un autre pistolet dans le cinéma. Il avait acheté plus de 6'000 balles et cartouches sur internet ces deux derniers mois.

Acheter des armes, «c’est plutôt facile si l’on n’est pas un criminel», admet John Oberly: «On vérifie juste tes papiers et tu sors du magasin avec ton arme. Ou alors on te l’envoie à domicile.»

De fait, une journaliste a vérifié qu’un simple contrôle de son casier judiciaire effectué grâce à son permis de conduire lui permettait d’acheter une arme en quelques minutes. C’est ainsi que James Holmes a acquis son arsenal, son casier ne mentionnant qu’un excès de vitesse.

Séquelles de Columbine

Père d’un jeune de 16 ans tué dans le massacre survenu en 1999 au lycée de Columbine, à quelque 35 km d’Aurora, où deux adolescents avaient abattu 13 personnes avant de se donner la mort, Tom Mauser est devenu un fervent défenseur du contrôle des armes.

«Il faut davantage de prévention aux Etats-Unis parce que quand on a perdu quelqu’un de proche, le châtiment (du coupable) ne signifie rien... Bien sûr, il faut que le coupable soit puni, mais surtout, ce qu’il faudrait, c’est que ce ne soit pas arrivé», avance-t-il.

En 2003, le Colorado avait adopté une loi imposant un permis pour les personnes souhaitant porter sur elle une arme dissimulée. A cette époque, les autorités avaient estimé que 60'000 personnes demanderaient un tel permis. Mais aujourd’hui, 143'000 habitants de l’Etat ont ce permis, souligne Eileen McCarron: «Et après cette fusillade, je pense que ce chiffre va fortement augmenter –comme les ventes d’armes.»

Interdire ou réglementer plus drastiquement les ventes d’armes «n’empêchera pas les criminels de s’en procurer», souligne Frank De Angelis, directeur du lycée de Columbine, qui était déjà en poste lors de la fusillade et qui ne milite pas pour remettre en cause le deuxième amendement de la Constitution.

«On peut toujours avoir des lois pour réglementer les armes, mais les criminels trouveront toujours un moyen de s’en procurer», assure-t-il. (afp/nxp)

Créé: 23.07.2012, 22h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.