Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Wikileaks Un juge ordonne la libération de Chelsea Manning

Détenue pour avoir refusé de témoigner devant un grand jury, l'ex-informatrice de WikiLeaks a tenté de se suicider.

Chelsea Manning, 32 ans, a tenté de se suicider mercredi. Mais les autorités sont intervenues à temps et elle a été transférée à l'hôpital, selon son groupe de soutien. (Photo d'archives)

Chelsea Manning, 32 ans, a tenté de se suicider mercredi. Mais les autorités sont intervenues à temps et elle a été transférée à l'hôpital, selon son groupe de soutien. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un juge a ordonné jeudi la libération de l'ex-informatrice de WikiLeaks Chelsea Manning. La veille, cette dernière avait tenté de se suicider depuis la prison où elle était détenue en raison de son refus de témoigner devant un grand jury.

Ce grand jury ayant été dissous mercredi, «le tribunal considère que la comparution de Chelsea Manning n'est plus nécessaire et que son maintien en détention ne répond plus à un objectif de coercition», a décidé le juge Anthony Trenga.

En revanche, les pénalités financières qui avaient été fixées pour la forcer à témoigner sur WikiLeaks et son fondateur Julian Assange restent valables et elle devra payer 256'000 dollars d'amendes, a-t-il ajouté.

Chelsea Manning, 32 ans, a tenté de se suicider mercredi. Mais les autorités sont intervenues à temps et elle a été transférée à l'hôpital, selon son groupe de soutien.

Sept ans de prison

En 2010, le soldat Manning, alors connu sous le prénom de Bradley, avait fait fuiter plus de 700 000 documents confidentiels ayant trait aux guerres d'Irak et d'Afghanistan, dont plus de 250 000 câbles diplomatiques qui avaient plongé les Etats-Unis dans l'embarras.

L'ex-analyste du renseignement a été condamnée en 2013 à 35 ans de prison par une cour martiale, mais sa peine avait été commuée par le président Barack Obama. Elle a été libérée en mai 2017 après sept ans de prison, durant lesquels elle avait entamé sa transition vers le sexe féminin.

En mars 2019, cette icône des personnes transgenres a de nouveau été incarcérée parce qu'elle refusait de témoigner sur Julian Assange devant un grand jury. «Ils veulent me poser des questions auxquelles j'ai déjà répondu» lors de mon procès, avait-elle expliqué, en dénonçant une procédure «opaque» uniquement destinée, selon elle, à la renvoyer derrière les barreaux.

Détenu au Royaume-Uni, l'Australien s'oppose à la demande d'extradition formulée par les Etats-Unis qui veulent le juger pour espionnage. Les autorités américaines soutiennent qu'il a sollicité les documents auprès du soldat Manning et qu'il l'a aidé à déchiffrer un mot de passe, allant au-delà du rôle de journaliste. (ats/nxp)

Créé: 13.03.2020, 06h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.