Jeudi 5 décembre 2019 | Dernière mise à jour 15:03

Décryptage Obama gagnera quand même l’élection, selon l'UNIL

Malgré l'attitude présidentiable de Mitt Romney dans son premier duel avec le président sortant, des analystes de l'Université de Lausanne maintiennent leurs prévisions: Barack Obama s'imposera le 6 novembre.

La vidéo (en anglais) dans laquelle John Antonakis explique les critères de prévisions sur laquelle se base son étude.


Analyse gestuelle

Plusieurs spécialistes du comportement non verbal ont étudié de près la gestuelle des deux candidats. Et leurs analyses sont pour le moins partagées.

Selon Janine Driver, auteur d’un livre sur le sujet et interrogée par IBN, Mitt Romney l’a emporté. Barack Obama a gardé la tête penchée sur le côté, ce qui dénote un manque de confiance. Le candidat républicain a su garder la tête droite et ses yeux se sont concentrés sur son rival. Si vous ne connaissiez pas les candidats, vous auriez pensé que Mitt Romney était le président!»

Tout autre son de cloche pour l’anthropologue David B.Givens, dans The Daily Beast. Selon lui, Obama a été mesuré et cool, alors que son adversaire s’est montré agressif, interrompant sans cesse le président sortant. Pour lui, les millions de spectateurs estimeront qu’Obama est donc plus présidentiable que Mitt Romney.

Un avis que n’est pas loin de rejoindre la synergologue Sara Caruso pour le journal Metro. Les deux hommes étaient souvent sur la défensive, gestuellement parlant. Mais le calme et le côté imperturbable d’Obama au cours du débat auront servi au locataire de la Maison Blanche. Mais au final, elle donne quand même un léger avantage à Mitt Romney, qui a mieux su capter l’attention que son rival et qui a su montrer plus d’émotions en fin de débat. (ChT)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les médias américains sont unanimes: Mitt Romney a remporté le premier des trois débats de la course à la Maison Blanche. (Lire notre revue de presse)

Sans se soucier du rebond du candidat républicain, la faculté d’HEC de l’Université de Lausanne (UNIL) a mis en ligne ce matin une vidéo (ci-dessus) prédisant la victoire prochaine de Barack Obama.

Leur analyse se base sur un modèle statistique comparant la situation économique du pays et le charisme des candidats. Sur 24 élections américaines passées au crible depuis 1916, 22 se sont révélées justes.

Le professeur John Antonakis pilote cette étude avec son confrère Philippe Jacquart, chercheur postdoctoral à l'Université de Pennsylvanie. Il a regardé attentivement le débat de cette nuit et nous explique pourquoi il reste confiant en ses prévisions.

Le Matin : Comment avez-vous apprécié les prestations des candidats dans ce premier débat ?

John Antonakis: Romney a marqué des points, il s’est montré très agressif. Il a sans doute gagné le débat, mais honnêtement, c’est ce qu’il devait faire, car il se trouve derrière Obama dans les sondages. Mais il y a eu des moments où Mitt Romney s’est montré trop agressif. Par exemple, lorsqu’il a annoncé qu’il couperait les subsides du service public, s’adressant au journaliste qui menait le débat et à la chaîne qui le diffusait. De son côté, Obama était un peu trop sur la défensive.

Trouvez-vous que Mitt Romney a mis en danger la candidature de Barack Obama, après ce débat?

Ce premier round des trois rencontres prévues aura une influence sur le vote, mais ne provoquera pas un basculement fondamental. Il n’y a eu de KO ni d’un côté, ni de l’autre.

Vous publiez ce matin une vidéo qui explique pourquoi Barack Obama remportera la victoire le 6 novembre avec au moins 53,5% des votes. Vous maintenez vos propos?

Absolument. Les électeurs punissent le président sortant en cas de crise économique et le récompensent quand tout va bien en l'élisant pour un nouveau mandat. Mais quand la situation économique n’est pas claire, les électeurs se tournent vers le candidat qui présente le plus de charisme. Actuellement, les signaux économiques sont flous aux États-Unis: le PIB brut est positif, mais le taux de chômage est élevé. L’inflation est maîtrisée, mais la crise, que certains attribuent à la politique républicaine de l’ère Bush, se fait encore sentir. C’est donc le charisme qui départagera les candidats.

Et Obama est celui qui en a le plus?

Oui. Et c’est une chose qui ne se perd pas en quatre ans.

Mitt Romney annonce qu'il va couper les subsides de PBS (Public Service Broadcasting):

Créé: 04.10.2012, 10h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.