Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 14:18

Mexique Les parents des étudiants disparus sillonnent le pays

Les proches vont entamer une tournée nationale pour sensibiliser la population. Ils contestent leur mort et espèrent toujours pouvoir les retrouver.

Galerie photo

Mexique: le fléau des enlèvements et des disparitions

Mexique: le fléau des enlèvements et des disparitions Les groupes criminels mexicains procèdent régulièrement à des enlèvements. Ils brûlent ou démembrent les corps de leurs victimes avant de jeter leurs restes dans des tombes clandestines.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Cherchez-les, ils sont vivants!», exigent toujours les proches des 43 étudiants disparus dans le sud du Mexique. Ils ont entamé une tournée nationale pour sensibiliser la population et faire pression sur les autorités, contestant la mort des jeunes gens.

Trois caravanes pour parcourir le pays

«Nous sommes sûrs qu'ils sont vivants et nous allons continuer à les chercher. Nous irons jusqu'au bout», assure Felipe de la Cruz, porte-parole des parents, avant de monter à bord de l'un des trois bus dans lequel des proches et anciens camarades des disparus comptent se rendre jusque dans l'Etat de Chihuahua (nord), frontalier avec les Etats-Unis.

Au total, trois caravanes doivent quitter l'école normale rurale d'Ayotzinapa, où étudiaient les disparus dans l'Etat du Guerrero (sud), à environ 300 kilomètres de la capitale. Elles vont sillonner le pays et sensibiliser la population à leur cause.

Peu avant le départ, un demi-millier de personnes vêtues de blanc sont venues soutenir les manifestants, qui ont prévu de rallier Mexico le 20 novembre afin de faire pression sur les autorités, accusées de n'avoir pas tout fait pour retrouver les disparus.

«Aucune importance»

«Je lutte parce que je ne veux pas être le 44e», peut-on lire sur une pancarte. «Dehors Peña Nieto» ou «Et si c'était tes enfants?», clament d'autres.

La disparition de ces 43 étudiants, le 26 septembre, après une attaque conjointe de policiers municipaux et de narcotrafiquants dans la ville d'Iguala (sud), a provoqué la plus grave crise pour Enrique Peña Nieto depuis son accession à la présidence du Mexique en décembre 2012.

Mais, en dépit de l'émotion et de l'indignation créées par cette affaire au Mexique, le chef de l'Etat a maintenu sa tournée internationale cette semaine en Chine et en Australie à l'occasion des sommets de l'Apec et du G20. «Il n'a accordé aucune importance à notre souffrance», critique Epifanio Alvarez, père d'un disparu.

En colère, les familles refusent de se ranger derrière l'explication officielle donnée vendredi dernier par le ministre de la Justice, Jesus Murillo Karam, faisant état de la mort des jeunes gens. «Ils sont disparus mais pas morts. Nous voulons qu'ils nous aident à les trouver. Je ne crois pas le gouvernement», martèle Blanca Navas, mère d'un des étudiants.

Longue identification

Selon M. Karam, trois membres des Guerreros Unidos, un cartel lié à l'ancien maire d'Iguala et à son épouse, ont avoué avoir tué les jeunes puis fait brûler les corps sur un gigantesque bûcher dans une décharge avant de disperser les restes dans une rivière.

Le ministre a estimé qu'il serait très difficile d'identifier des restes carbonisés qui ont été retrouvés. Il a précisé qu'il n'était possible de réaliser des tests ADN que sur deux fragments d'os envoyés pour analyse à un laboratoire spécialisé de l'université d'Innsbruck, en Autriche.

Le travail d'identification pourrait prendre «plusieurs semaines», avait dit mercredi le vice-ministre des Affaires étrangères, Juan Manuel Gomez Robledo.

Emeutes

L'annonce de la mort des étudiants avait provoqué une recrudescence des mobilisations parfois violentes organisées notamment par des enseignants membres d'un syndicat radical d'extrême gauche.

Depuis cette date, plusieurs bâtiments publics et un local du parti présidentiel ont été mis à sac et partiellement incendiés dans le Guerrero, l'un des Etats les plus pauvres et violents du pays. Jeudi, l'ambassade des Etats-Unis a recommandé à ses ressortissants d'éviter le Guerrero «en raison du risque permanent de violences». (ats/nxp)

Créé: 14.11.2014, 06h54

Elections fédérales: allez-vous voter?

Oui

 
63.9%

Non

 
36.1%

4564 votes au total

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.