Mardi 7 juillet 2020 | Dernière mise à jour 22:35

New York Un autre policier blanc disculpé après la mort d'un Noir

Le grand jury de New York a décidé de ne pas poursuivre un autre policier blanc impliqué dans la mort d'un Noir en juillet dernier. Comme à Ferguson, des protestations ont immédiatement éclaté.

Galerie photo

Tensions raciales aux Etats-Unis: entre bavures et exécutions de policiers

Tensions raciales aux Etats-Unis: entre bavures et exécutions de policiers Des policiers blancs ayant indûment tué des civils noirs ont crispé la population.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une semaine après Ferguson, un grand jury à New York, aux Etats-Unis, a décidé mercredi 3 décembre de ne pas inculper un policier blanc impliqué dans la mort d'un Noir.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés dans plusieurs quartiers de New York et une trentaine de personnes ont été arrêtées.

Cette décision est intervenue dix jours après une décision similaire à Ferguson, dans le Missouri, qui avait suscité des émeutes. De très importantes forces de police avaient été déployées à New York pour éviter tout incident.

Plusieurs cortèges ont convergé vers Broadway et Times Square, où quelque 5000 personnes étaient rassemblées en fin de soirée, selon le quotidien Washington Post. Des conducteurs bloqués par les manifestations klaxonnaient en signe de soutien, selon le journal.

Les manifestants scandaient «Pas de justice, pas de paix», un slogan de ralliement des manifestations de Ferguson, ou portaient des panneaux «Ferguson est partout», «la brutalité de la police et les meurtres doivent s'arrêter», ou encore «la vie des Noirs compte».

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés près du Rockefeller Center et certains ont été arrêtés alors qu'ils essayaient de s'asseoir sur la chaussée, a constaté l'AFP sur place. De petites manifestations ont aussi été signalées dans d'autres quartiers comme à Harlem ou à Staten Island, l'arrondissement de New York où est décédé la victime afro-américaine lors d'une interpellation musclée le 17 juillet. L'homme était âgé de 43 ans.

La police a procédé à au moins trente arrestations, a indiqué Bill Bratton, le chef de la police de New York. De petites manifestations se sont tenues également à Washington, mais dans le calme.

«Je ne peux pas respirer»

La victime, un père de six enfants soupçonné de vente illégale de cigarettes, avait été plaquée au sol par plusieurs policiers blancs, après avoir refusé d'être arrêté. Dans une vidéo amateur, l'on voit un des agents le prendre par le cou pour le jeter à terre, une pratique interdite par la police new-yorkaise.

«Je ne peux pas respirer», se plaint à plusieurs reprises le suspect, obèse et asthmatique, avant de perdre connaissance. Il avait été déclaré mort peu après. Le médecin légiste avait conclu à un homicide.

Le président Barack Obama a rapidement réagi, en termes généraux, après la décision du grand jury de ne pas inculper le policier. Il a affirmé que «trop souvent, les personnes ne pensent pas que les gens sont traités de manière équitable. Dans certains cas, cela peut être une incompréhension, mais c'est parfois la réalité».

Enquête fédérale

Le policier ne sera pas poursuivi au niveau local, mais le ministre de la Justice Eric Holder a annoncé mercredi soir une enquête fédérale sur une éventuelle violation des droits civiques de la victime, dont la mère n'a pas caché sa colère après la décision du grand jury.

Le grand jury, 23 citoyens américains qui avaient commencé à se réunir en septembre, «a trouvé qu'il n'y avait pas de cause raisonnable de voter pour une inculpation» de l'agent, «après délibération sur les éléments de l'enquête qui lui ont été présentés», a pour sa part expliqué le procureur de Staten Island.

Le policier, 29 ans, a, lui, expliqué dans un communiqué qu'il «n'a(vait) jamais l'intention de faire du mal à qui que ce soit. Je me sens très mal (...) et j'espère que (sa famille) acceptera mes condoléances», a-t-il dit. (ats/nxp)

Créé: 04.12.2014, 07h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.