Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 20:08

Etats-Unis Trump critique Hollywood et ses élites «racistes»

Sans le nommer, le président américain s'en est pris à un film dans lequel des riches organisent des chasses à l'homme.

«Le Hollywood libéral est raciste au plus haut point», a déclaré le président américain vendredi. (Photo d'archives)

«Le Hollywood libéral est raciste au plus haut point», a déclaré le président américain vendredi. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président américain Donald Trump s'en est violemment pris vendredi à Hollywood, qu'il a qualifié de «raciste au plus haut degré». Il semblait viser, sans le nommer, un film «The Hunt», dans lequel de riches «libéraux» organisent des chasses à l'homme.

Le long-métrage controversé, qui doit sortir fin septembre aux Etats-Unis, est qualifié de satire ultraviolente de la profonde fracture politique divisant républicains et démocrates.

Il met en scène des gens du peuple, enlevés dans des bastions traditionnels du parti républicain de Donald Trump (Wyoming, Mississippi), qui se réveillent dans un champ, en territoire inconnu. Ils sont traqués par des chasseurs issus de «l'élite» fortunée, qui les abattent impitoyablement pour se donner le frisson.

Le film a déjà suscité la polémique après les récentes fusillades ayant endeuillé les Etats-Unis. Les studios Universal ont suspendu sa promotion.

«Allumer le feu et provoquer le chaos»

«Le Hollywood libéral est raciste au plus haut point, avec une grande colère et de la haine!», a tweeté Donald Trump. «Le film qui va sortir cherche à allumer le feu et à provoquer le chaos», a-t-il ajouté, sans toutefois explicitement citer «The Hunt».

«Ils créent leur propre violence et ensuite ils rejettent la responsabilité sur les autres. Ce sont eux les vrais racistes et ils sont très mauvais pour notre pays», a conclu le président américain, lui-même régulièrement accusé de racisme.

Dans «The Hunt», les riches chasseurs appellent parfois leurs proies les «déplorables», un terme employé durant la campagne présidentielle de 2016 par la rivale démocrate de M. Trump, Hillary Clinton, pour désigner les militants du milliardaires républicains les plus extrémistes. «Nous payons pour tout. Donc, ce pays nous appartient», lance l'un des personnages dans la bande-annonce du film, dont les vedettes sont Hilary Swank et Betty Gilpin.

Si l'on en croit son synopsis officiel, le film n'est pas complètement à l'avantage des privilégiés libéraux, puisque l'une des proies se rebiffe et traque à son tour ses tortionnaires, les éliminant les uns après les autres. (ats/nxp)

Créé: 10.08.2019, 05h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.