Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:26

Besançon (F) Anesthésiste en liberté: «colère» des victimes

Le maintien en liberté de Frédéric P., accusé d'avoir empoisonné 17 personnes, suscite l'incompréhension des plaignants.

Frédéric P. a à nouveau été mis en examen après une enquête préliminaire de deux ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mis en examen jeudi à Besançon pour 17 cas d'empoisonnements, l'anesthésiste Frédéric P. a été laissé libre, sous contrôle judiciaire par la juge des libertés et de la détention (JLD).

Satisfaction de la défense, «colère» des victimes présumées, cette décision a été immédiatement contestée par le parquet qui va faire appel.

Consternation des victimes

Du côté des plaignants, le maintien en liberté a fait l'effet d'une douche froide. Elles «vivent depuis deux ans un véritable ascenseur émotionnel», ce maintien en liberté «est assez incompréhensible», a déclaré Me Frédéric Berna, avocat de parties civiles.

Conseil des parents de la plus jeune victime présumée, un enfant de quatre ans en 2016, opéré des amygdales et qui a survécu à deux arrêts cardiaques, Me Jean-Michel Vernier a évoqué la «colère» de ses clients qui se sont constitués parties civiles «vendredi matin».

«Décision juste et opportune»

Les conseils de l'anesthésiste ont immédiatement affiché leur satisfaction: «C'est une décision juste et opportune», a réagi auprès de l'AFP l'un d'entre eux, Me Randall Schwerdorffer.

«Le procureur veut dire que, au fond, Frédéric P. ferait l'affaire comme coupable (mais) il ne suffit pas d'être un coupable possible», a rétorqué sur BFMTV l'un des avocats du médecin, Me Jean-Yves Le Borgne, qui a ironisé sur les «équilibrismes intellectuels» nécessaires à l'accusation «pour tenter d'appuyer l'idée» que son client soit l'auteur des empoisonnements.

Arrêts cardiaques

Les 17 nouveaux cas d'empoisonnements présumés, retenus parmi 66 EIG suspects signalés, concernent des patients âgés de 4 à 80 ans, opérés pour des interventions mineures et qui ont pour la plupart fait des arrêts cardiaques lors d'opérations.

Le mode opératoire, selon le procureur, consistait «à polluer des poches de soluté de réhydratation ou des poches de paracétamol avec des anesthésiques locaux ou du potassium».

Cette nouvelle mise en examen intervient après une enquête préliminaire de deux ans, durant laquelle quatre corps ont été exhumés fin 2018.

(afp/nxp)

Créé: 17.05.2019, 17h45


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.