Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:40

Brexit Angela Merkel croit encore à un accord

Angela Merkel a annoncé mercredi qu'elle conserve l'espoir d'un accord entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur le Brexit.

Angela Merkel s'est exprimée mercredi lors d'un discours à la chambre basse du Parlement allemand.

Angela Merkel s'est exprimée mercredi lors d'un discours à la chambre basse du Parlement allemand. Image: AFP

L'avis de Madrid

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a martelé mercredi que Londres ne pourrait pas obtenir «d'autres concessions» de l'UE dans le cadre du Brexit et jugé qu'une sortie sans accord était «un scénario plus que probable».

«Il n'est pas possible de faire d'autres concessions», a dit le socialiste devant la chambre des députés espagnols.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La chancelière Angela Merkel a dit mercredi conserver l'espoir d'un accord entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur le Brexit. Elle s'est exprimée ainsi en dépit des incertitudes sur la situation politique à Londres.

Abordant le Brexit lors d'un discours à la chambre basse du Parlement allemand, elle s'est dit «fermement convaincue que nous avons encore toutes les chances d'y parvenir de façon ordonnée», c'est-à-dire avec un accord. «Et le gouvernement allemand va s'engager jusqu'au dernier jour afin que cela soit possible», a-t-elle insisté lors des débats sur le budget 2020 au Bundestag.

«no deal»

La chancelière conservatrice a toutefois ajouté que l'Allemagne s'était «également préparée en cas de départ désordonné». Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé vouloir se démener pour trouver un nouvel accord de divorce avec l'UE d'ici le sommet européen les 17 et 18 octobre, après une série de cinglants désaveux à la Chambre des Communes dont la perte de sa majorité qui contrarient sa stratégie d'un Brexit coûte que coûte.

Mardi, le leader conservateur, qui a fixé la date du Brexit au 31 octobre, a envoyé le Parlement en pause forcée de cinq semaines, une mesure très controversée. L'opposition britannique veut s'assurer que la perspective d'un «no deal» et le chaos économique qu'il fait craindre sont écartés et que le Brexit sera repoussé de trois mois si aucun accord n'est trouvé d'ici au 19 octobre, comme le Parlement l'a voté la semaine dernière.

M. Johnson veut renégocier la disposition dite de «backstop» sur la frontière irlandaise, un dossier très sensible. Londres et Bruxelles ne parviennent pas à s'entendre sur la manière de maintenir ouverte cette démarcation après le Brexit. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2019, 11h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.