Dimanche 25 août 2019 | Dernière mise à jour 11:21

Mystère L’armée américaine a-t-elle propagé la maladie de Lyme?

Les élus américains veulent savoir si des recherches transformant les insectes ou tiques en armes biologiques auraient dérapé.

L'armée américaine est-elle responsable de la diffusion de la maladie de Lyme, propagée par des tiques? Cette question est à l'origine d'un amendement qui vient d'être adopté.

L'armée américaine est-elle responsable de la diffusion de la maladie de Lyme, propagée par des tiques? Cette question est à l'origine d'un amendement qui vient d'être adopté. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Chambre des représentants vient d’adopter de justesse un amendement pour le moins étonnant. Il somme le Pentagone de divulguer si des Américains ont été exposés à des tiques transformées en armes de guerre. Le département américain de la défense est prié de déterminer si les États-Unis «ont expérimenté l’utilisation de tiques ou d’autres insectes comme armes biologiques entre 1950 et 1975», précise le texte déposé par Chris Smith, un élu républicain du New Jersey.

Du délire? Non. L’idée de transformer des insectes – ou tiques, qui sont des acariens – en armes de guerre existe depuis des siècles. L’exemple le plus sinistrement connu vient d’une unité japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait répandu des puces porteuses de la peste et des mouches infectées par le choléra sur des territoires chinois, occasionnant près de 450 000 morts.

Expérimentations qui tournent mal?

Les États-Unis auraient mené des recherches comparables. Mais ici, la suspicion principale est différente. Et elle frise la science-fiction. Cet amendement est avant tout destiné à savoir si des expérimentations d’armes biologiques avec des tiques auraient mal tourné et propagé la maladie de Lyme…

Le sénateur Smith a expliqué que son amendement était inspiré «d’un certain nombre d’ouvrages et d’articles suggérant que des recherches importantes avaient été effectuées dans des installations du gouvernement américain afin de transformer les tiques et d’autres insectes en armes biologiques.»

L'histoire secrète de la maladie

Or parmi ces ouvrages, pointe le «Guardian», un livre de mai dernier de Kris Newby, une auteure scientifique de l’Université Stanford. Qu’on pourrait traduire par: «Mordu: l’histoire secrète de la maladie de Lyme et des armes biologiques».

Selon ce livre, le chercheur Willy Burgdorfer – un Suisse devenu Américain, qui a identifié en 1981 l’agent infectieux à l’origine de la maladie de Lyme - a travaillé pour l’armée américaine sur des programmes d’insectes transformés en armes biologiques.

Reste une étape

Or à en croire l’ouvrage, dans les années soixante, «des insectes non infectés ont été lâchés dans des zones résidentielles aux États-Unis afin de retracer leur propagation.» Et «cette expérience aurait pu mal tourner et mener à l’irruption de la maladie de Lyme aux États-Unis», résume «Le Monde».

Est-ce vraiment possible? Ou nage-t-on ici dans du pur délire complotiste? L’intérêt de l’amendement, c’est qu’il permettrait de répondre à ces questions. Ainsi que de savoir quels autres projets d’insectes transformés en armes ont été imaginés. Reste une étape: l’amendement doit également être adopté par le Sénat.

Créé: 17.07.2019, 14h58

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde