Mardi 7 juillet 2020 | Dernière mise à jour 13:22

Amazonie L'armée brésilienne en renfort face à la déforestation

Après une année 2019 record, la situation en Amazonie est inquiétante, alors que la saison sèche ne débute que fin mai.

La déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85% l'an dernier, sur 10'123 km2.

La déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85% l'an dernier, sur 10'123 km2.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président brésilien Jair Bolsonaro a autorisé jeudi l'envoi de l'armée pour lutter contre la déforestation et les incendies en Amazonie. Ces fléaux semblent progresser encore plus qu'en 2019, année de tous les records.

La première année au pouvoir de Jair Bolsonaro avait été marquée par un nombre jamais vu d'incendies qui avaient dévasté d'immenses zones de la plus grande forêt tropicale du monde et attiré un flot de critiques de la communauté internationale sur le Brésil. Si la saison sèche, qui s'accompagne d'une hausse du nombre d'incendies et d'une forte avancée de la déforestation, ne commence qu'à la fin mai, les signaux sont déjà au rouge pour cette année.

La déforestation au cours du premier trimestre a progressé de plus de 50% par rapport à la même période de l'an dernier, portant sur 796 kilomètres carrés. Jair Bolsonaro a signé un décret autorisant les forces armées à prendre «des mesures préventives et restrictives contre les crimes environnementaux, c'est-à-dire la déforestation et les incendies volontaires».

Plus de 10'000 km2

Ce décret concerne la période allant du 11 mai au 10 juin dans des zones protégées, des réserves indigènes et sur des terres fédérales en Amazonie, dont plus de 60% de la surface se trouve au Brésil.

La déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85% l'an dernier, sur 10'123 km2 , dépassant le seuil symbolique des 10'000 km2 pour la première fois depuis le début de ces statistiques en 2008, selon des données établies sur la base d'images par satellite. Cette destruction de la forêt est en grande partie imputable aux coupes de bois sauvages, à l'extraction minière ou à l'activité agricole sur des terres normalement protégées.

Jair Bolsonaro, un climato-sceptique assumé qui se soucie peu de l'environnement, est favorable au développement économique de l'Amazonie. L'an dernier, il avait dû envoyer l'armée dans cette immense région pour lutter contre les incendies, sous la pression de la communauté internationale. (ats/nxp)

Créé: 07.05.2020, 23h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.