Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 07:49

Etats-Unis L'armée se déploie à la frontière mexicaine

Plus de 7000 militaires sont déployés le long de la frontière mexicaine, en prévision de l'arrivée des caravanes de migrants.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de 7000 militaires seront prépositionnés «d'ici à la fin de la semaine» dans des Etats américains frontaliers avec le Mexique, pour faire face à l'arrivée de «caravanes de migrants» centraméricains. Ce chiffre correspond à ce qui avait déjà été annoncé.

Les 5239 soldats envoyés à la frontière y retrouveront 2100 réservistes de la garde nationale déjà déployés depuis plusieurs mois, a indiqué vendredi un porte-parole du commandement nord de l'armée américaine (Northcom).

Les renforts seront prépositionnés sur les principales bases militaires des Etats concernés, notamment la base aérienne de Davis-Monthan (Arizona), les bases navales de San Diego (Californie) et Corpus Christi (Texas), et la base du corps des Marines de Camp Pendleton, en Californie. Mais leur déploiement final «doit encore être déterminé», a ajouté le porte-parole.

Vendredi, une centaine seulement de militaires étaient arrivés dans la localité de McAllen (Texas), un des principaux points de passage entre les Etats-Unis et le Mexique. Ils seront chargés de missions logistiques et notamment de construire des tentes «pour nos soldats», a-t-il poursuivi.

Marche arrière de Trump

Le porte-parole a précisé que l'armée américaine n'avait reçu aucune demande formelle pour dresser des tentes pour les migrants, un projet mentionné par le président américain Donald Trump dans ses discours électoraux.

A quatre jours des élections américaines de mi-mandat, le républicain multiplie les annonces susceptibles de mobiliser les électeurs, notamment sur le thème de l'immigration. «C'est une invasion», a-t-il encore martelé jeudi, annonçant qu'il devrait signer la semaine prochaine un décret sur ce sujet, sans plus de précisions.

Il a affirmé que les migrants arrêtés à la frontière seraient placés dans des camps constitués de tentes ou d'autres installations jusqu'à ce qu'ils soient expulsés ou qu'ils voient leur demande approuvée.

Le milliardaire new-yorkais a cependant temporisé vendredi ses propos de la veille, affirmant qu'il n'avait pas demandé aux soldats américains de tirer sur les migrants à la frontière mexicaine si ceux-ci leur lançaient des pierres. «Je n'ai pas dit tirer», a-t-il déclaré. Les soldats «n'auront pas à tirer. Ce que je ne veux pas, c'est que ces gens lancent des pierres.» (ats/nxp)

Créé: 03.11.2018, 04h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.