Mercredi 16 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:49

Syrie L'armée turque aurait tué 200 miliciens kurdes

L'armée turque a annoncé jeudi avoir mené une série de frappes contre des milices kurdes dans la région d'Alep en Syrie.

Les raids de la nuit ont été d'une intensité sans précédent depuis le début de l'incursion turque en Syrie.

Les raids de la nuit ont été d'une intensité sans précédent depuis le début de l'incursion turque en Syrie. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt-six raids aériens menés dans la nuit ont visé les positions des YPG dans dans le secteur de Maaret Oum Housh au nord d'Alep, précise l'état-major. Cette zone a été reprise récemment aux djihadistes de l'Etat islamique (EI).

Ces bombardements ont fait 160 à 200 morts dans les rangs des Unités de protection du peuple (YPG), a indiqué l'armée.

Ce bilan ne pouvait être confirmé de source indépendante dans l'immédiat. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a fait état d'au moins onze tués et 24 blessés.

Il précise que les bombardements ont eu lieu dans trois villages situés au nord d'Alep tenus par les Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition arabo-kurde dirigée par les YPG et soutenue par les Etats-Unis. Ces localités se trouvent à une trentaine de kilomètres à l'ouest d'Al Bab, dernier fief de l'EI dans le nord-ouest de la Syrie.

«Agression flagrante»

Ces frappes ont visé des zones prises par les FDS au groupe Etat islamique (EI) au cours des dernières 48 heures, a précisé l'OSDH. Plusieurs bâtiments, dépôts d'armes et véhicules utilisés par les YPG ont également été détruits, selon Anadolu.

Dans un communiqué, l'administration semi-autonome kurde en Syrie dénonce une «agression flagrante» d'Ankara et demande à la communauté internationale de «faire directement pression sur la Turquie pour qu'elle arrête ses attaques».

Le gouvernement turc considère le Parti kurde syrien PYD et les YPG, sa branche armée, comme des organisations «terroristes» étroitement liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène une rébellion sanglante sur le territoire turc depuis plus de 30 ans.

Visite américaine en Turquie

Ces frappes interviennent à la veille d'une visite en Turquie du secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, qui doit notamment s'entretenir avec les dirigeants turcs des derniers développements en Syrie et en Irak, où une offensive majeure est en cours pour déloger l'EI de Mossoul, son bastion irakien.

L'armée turque et ses alliés locaux ont lancé le 24 août une offensive dans le nord de la Syrie baptisée «Bouclier de l'Euphrate» dont l'objectif est à la fois de repousser l'EI et d'enrayer la progression des miliciens kurdes.

Les raids de la nuit ont été d'une intensité sans précédent depuis le début de l'incursion turque en Syrie. Le président Recep Tayyip Erdogan avait annoncé la veille que la Turquie pourrait agir seule pour éradiquer ses ennemis à l'étranger. (ats/nxp)

Créé: 20.10.2016, 11h29


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.