Mercredi 18 octobre 2017 | Dernière mise à jour 07:06

Irak L'armée veut reprendre ses positions à Kirkouk

Les forces gouvernementales se dirigent vers les postes militaires qu'elles avaient abandonné en juin 2014 dans leur débâcle face à l'état islamique.

Kurdes et forces gouvernementales se disputent le contrôle de Kirkouk.

Kurdes et forces gouvernementales se disputent le contrôle de Kirkouk. Image: Keystone

Washington tente de réduire la tension à Kirkouk

Les Etats-Unis, qui ont des troupes déployées aussi bien aux côtés de l'armée irakienne que des peshmergas kurdes, tentent de calmer la tension depuis que Bagdad a lancé des opérations militaires dans la région de Kirkouk, a déclaré vendredi le ministre américain de la Défense Jim Mattis.

«Nous essayons de calmer les choses et de voir comment nous pouvons aller de l'avant sans perdre l'ennemi de vue», a déclaré M. Mattis, en référence au groupe EI. «En même temps, nous devons reconnaitre qu'il faut trouver un moyen d'aller de l'avant», a-t-il ajouté, rappelant que les tensions entre le gouvernement de Bagdad et les nationalistes kurdes «est ancien».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bagdad a lancé vendredi des opérations militaires dans la province de Kirkouk, a indiqué à l'AFP un général sur place, tandis qu'un responsable du Kurdistan irakien autonome annonçait que les Kurdes se préparaient à défendre leurs positions dans la région pétrolière qu'ils revendiquent.

«Les forces armées irakiennes avancent pour reprendre leurs postes militaires pris lors des événements de juin 2014», lorsque les peshmergas (combattants kurdes) se sont emparés de positions des forces du gouvernement central dans le chaos créé par la percée djihadiste, , a indiqué à l'AFP ce général sous le couvert de l'anonymat.

Positionné au sud de la ville de Kirkouk, qui a concentré les tensions lors de la tenue il y a plus de deux semaines du référendum d'indépendance kurde, ce général a ajouté que les forces gouvernementales, postées au sud-ouest de la ville, faisaient mouvement vers le sud de la province éponyme.

Elles ont repris «vendredi matin la base 102, à l'ouest de la ville de Kirkouk, près de l'autoroute menant à Tikrit, désertée sans combat par les peshmergas, qui y étaient jusqu'à hier soir, et des munitions s'y trouvaient encore», a indiqué le général.

Les peshmergas défendront Kirkouk

De son côté, Hemin Hawrami, conseiller du président de la région autonome du Kurdistan, Massoud Barzani, a affirmé sur Twitter que «des milliers de peshmergas lourdement armés étaient désormais positionnés autour de Kirkouk».

«Ils ont pour ordre de se défendre quel qu'en soit le prix», a-t-il ajouté, et sont «totalement prêts à répondre à une éventuelle attaque des Unités de mobilisation populaire» --force paramilitaire progouvernementale formée en 2014 pour faire face à la percée djihadiste, .

«L'escalade ne viendra pas de notre part, nous nous défendrons seulement et nous les repousserons s'ils attaquent», ajoute encore le responsable kurde.

Le gouvernement du Kurdistan irakien affirme depuis plusieurs jours que les forces gouvernementales s'apprêtaient à lui reprendre par la force les champs de pétrole de la région de Kirkouk, que se disputent Bagdad et Erbil.

«Nous appelons la communauté internationale à intervenir et à appeler (le Premier ministre irakien) Haider al-Abadi à intervenir», poursuit M. Hawrami.

Les Unités de mobilisation populaire (ou Hachd al-Chaabi, en arabe), dominées par des milices soutenues par l'Iran, sont placées directement sous le commandement de M. Abadi, également commandant en chef des forces armées.

M. Hawrami l'enjoint de «donner l'ordre aux Unités de mobilisation populaire de se retirer, s'il le peut et si (les unités de mobilisation populaire) l'écoutent».

La région autonome, en crise ouverte avec les autorités centrales depuis la tenue le 25 septembre de son référendum d'indépendance contre l'avis de Bagdad, dit redouter que les forces du gouvernement central disséminées à travers le pays à l'issue des différentes batailles contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ne retournent désormais leurs armes contre ses combattants, les peshmergas. (afp/nxp)

Créé: 13.10.2017, 10h43


Sondage

Ferez-vous confiance aux véhicules autonomes?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.