Lundi 19 août 2019 | Dernière mise à jour 02:18

Inde Arrestations après le lynchage d'un violeur présumé

La police indienne a arrêté plus d'une quarantaine de personnes après le lynchage «barbare» d'un violeur présumé d'une jeune femme.

Foule en colère contre un violeur présumé.

Foule en colère contre un violeur présumé. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police a arrêté au total 42 personnes en Inde dans l'enquête sur le lynchage d'un violeur présumé, a annoncé lundi un haut responsable policier.

La foule l'avait sorti de prison dans le nord-est du pays.

Une première vague d'arrestations avait visé 18 personnes dimanche. Ces hommes sont soupçonnés de participation aux émeutes et d'incendie criminel lorsque la foule s'est attaquée à cet homme jeudi dans la ville de Dimapur.

Le violeur présumé, âgé 35 ans, avait été interpellé le 24 février pour le viol d'une jeune femme de 19 ans. Jeudi, des milliers de personnes avaient investi la prison pour se saisir de lui.

La foule l'avait ensuite paradé dans les rues en l'exhibant nu avant de le tuer à coups de bâton et de le pendre.

De l'Assam

«Parmi les 42 hommes interpellés, certains ont été directement impliqués dans le lynchage (...) et vont être visés par de nouvelles accusations», a dit le haut responsable policier, Wabang Jamir.

Présenté initialement comme un immigré du Bangladesh, l'homme était en réalité originaire de l'Etat indien de l'Assam et parlait bengali.

Les populations autochtones du Nagaland accusent régulièrement les musulmans originaires de l'Assam et les immigrés venus du Bangladesh voisin de s'établir illégalement sur leurs terres et de s'approprier leurs ressources.

Film ciblé

Les Nagas ont par le passé mené des campagnes hostiles aux immigrés d'origine bangladaise, les accusant de séduire leurs filles afin d'obtenir un statut légal.

Selon le responsable policier, la situation à Dimapur «revient lentement à la normale» et le couvre-feu a été levé mais l'accès à Internet et au réseau de téléphonie mobile sera encore restreint pour 48 heures.

Ce lynchage est intervenu en pleine polémique sur l'interdiction en Inde d'un documentaire sur le viol en réunion et le décès d'une étudiante à New Delhi qui avait révulsé la population. (ats/nxp)

Créé: 09.03.2015, 14h19

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.