Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:28

Syrie Annan quitte le pays sans avoir obtenu l'arrêt des violences

Kofi Annan, dépêché en Syrie par les Nations unies et la Ligue arabe, a quitté le pays dimanche sans avoir pu obtenir du président Assad la fin de la répression sanglante contre le mouvement de contestation.

«La situation est si mauvaise et dangereuse qu'on ne peut pas se permettre d'échouer», a précisé l'émissaire international. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien secrétaire général de l'ONU a affirmé qu'il avait présenté au président syrien des propositions concrètes "qui auront un impact réel sur le terrain". Il a espéré qu'une "fois acceptées", ces propositions permettent de "lancer le processus" et de "mettre fin à la crise", a-t-il déclaré au terme de sa visite de deux jours en Syrie.

Kofi Annan, qui a aussi rencontré des dirigeants de l'opposition et des hommes d'affaires à Damas, s'est dit optimiste après ses deux entretiens avec le fils d'Hafez el-Assad, mais il a reconnu qu'il sera dur de résoudre la crise. "Ca va être difficile, mais nous devons garder espoir", a-t-il dit.

L'ancien secrétaire général de l'ONU a appelé à des réformes qui créeraient "une fondation solide pour une Syrie démocratique". Mais il a ajouté: "Vous devez commencer par arrêter les tueries, les souffrances et les sévices qui ont lieu aujourd'hui, et ensuite donner du temps pour un règlement politique".

Samedi déjà

Dans ses discussions avec Bachar el-Assad samedi, Kofi Annan avait fait plusieurs propositions pour mettre fin à la crise et engager un dialogue politique. Mais son hôte a rejeté l'idée d'une ouverture immédiate de discussions avec l'opposition. Il lui a dit qu'une solution politique était impossible tant que des "groupes terroristes" menaçaient le pays.

L'opposition a aussi rejeté l'appel au dialogue, affirmant que toute discussion était impossible après une répression qui, selon des estimations de l'ONU, a fait plus de 7.500 morts.

Kofi Annan a quitté la Syrie dimanche soir pour se rendre au Qatar, selon un porte-parole de l'ONU ayant requis l'anonymat.

Pendant ce temps, les forces syriennes poursuivaient leur offensive contre des bastions rebelles dans le nord du pays, pilonnant également plusieurs quartiers de la ville de Homs (centre), selon des militants.

La ville d'Idlib visée

Samedi, les troupes syriennes avaient commencé à bombarder la ville d'Idlib, l'un des foyers du soulèvement, affrontant des insurgés qui ont essayé de les repousser. L'armée a envoyé ces derniers jours des renforts dans la province d'Idlib, située le long de la frontière turque, déployant notamment des dizaines de chars et de véhicules blindés de transport de troupes, selon l'opposition.

D'après l'Observatoire syrien pour les droits de l'Homme, basé à Londres, trois soldats ont été tués dimanche dans le village d'Al-Janoudieh, près de la frontière turque, dans des combats entre soldats et déserteurs. Une mère et son fils ont péri dans la ville d'Ariha, pris dans une fusillade lors d'affrontements qui ont aussi coûté la vie à deux soldats. D'autres civils ont été tués lors de raids menés près de Damas.

Enfin, à Homs, des militants ont fait état de plusieurs morts et blessés dans des bombardements sur les quartiers de Karm el-Zeïtoun, Bab Dreib et Job al-Jandali. "Ils essaient de punir tous les quartiers de Homs où il continue à y avoir des manifestations anti-gouvernementales", a affirmé Abou Bakr Saleh, un militant basé dans cette ville syrienne. (afp/nxp)

Créé: 11.03.2012, 16h45

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.