Dimanche 22 avril 2018 | Dernière mise à jour 12:20

Chine La police utilise le big data pour arrêter des opposants

Les autorités chinoises utilisent un algorithme pour procéder à des arrestations dans la région du Xinjiang, selon Human Rights Watch.

Surveillance policière dans le Xinjiang. Un système informatique permet notamment d'analyser des données individuelles obtenues dans les images tournées par les caméras de vidéo-surveillance (dont certaines sont équipées de logiciels de reconnaissance faciale)

Surveillance policière dans le Xinjiang. Un système informatique permet notamment d'analyser des données individuelles obtenues dans les images tournées par les caméras de vidéo-surveillance (dont certaines sont équipées de logiciels de reconnaissance faciale) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'intelligence artificielle au service de la surveillance policière en Chine. La police utilise un algorithme pour procéder à des arrestations préventives dans la région troublée du Xinjiang, dans l'extrême ouest du pays. C'est ce qu'affirme mardi l'association Human Rights Watch (HRW).

Il permet des détentions arbitraires

Un système informatique permet d'analyser des données individuelles globales obtenues en puisant dans les images tournées par les caméras de vidéo-surveillance (dont certaines sont équipées de logiciels de reconnaissance faciale), les vérifications de cartes d'identité ou de plaques minéralogiques effectuées dans les postes de sécurité très nombreux au Xinjiang, les mouvements bancaires, les données de santé ou encore les connexions WiFi de téléphones ou d'ordinateurs ou les dossiers juridiques.

«Pour la première fois, nous sommes en mesure de démontrer que l'utilisation par le gouvernement chinois du big data et de méthodes de police prédictives sont non seulement une violation flagrante du droit à la vie privée mais qu'elle permet aussi des détentions arbitraires», a déclaré Maya Wang, chercheuse de HRW basée à Hong Kong. «Les habitants du Xinjiang ne peuvent pas résister ou remettre en cause cette surveillance de plus en plus intrusive de leur vie quotidienne parce que la plupart d'entre eux ne connaissent même pas l'existence de ce programme de 'boîte noire' ni la façon dont il fonctionne.»

China Electronics Technology collabore

Une filiale du groupe China Electronics Technology a annoncé en 2016 le début d'une collaboration avec le gouvernement régional du Xinjiang face à l'extrémisme sous forme de compilation et d'étude de méga données liées aux comportements individuels des citoyens et de signalement de toute activité inhabituelle.

D'après le rapport de HRW, cette exploitation du big data, souvent à l'insu des personnes surveillées, a déjà conduit à des arrestations et des placements dans des centres de rééducation politique extrajudiciaire.

L'étude de Human Rights Watch s'appuie sur des déclarations publiques et sur deux sources non identifiées qui ont vu fonctionner ce programme.

Autorités muettes

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès du gouvernement du Xinjiang ou du ministère chinois de la Sécurité publique sur ce programme IJOP (acronyme anglais de Plate-forme intégrée d'opérations conjointes).

Des projets similaires de «sécurité prédictive» sont en cours de réalisation dans d'autres régions de Chine, a ajouté Maya Wang, mais la surveillance est plus poussée au Xinjiang, en proie à des violences depuis des années sur fond de conflit ethnique entre la communauté musulmane des Ouïghours et les Hans, l'ethnie majoritaire en Chine. (ats/nxp)

Créé: 27.02.2018, 11h25


Sondage

Etes-vous toujours à jour avec impôts?





Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.