Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 05:50

Syrie Le chef de l'opposition appelle les pontes du régime à déserter

Abdel Basset Sayda a appelé dimanche à Istanbul tous les responsables du régime syrien à faire défection.

Abdel Basset Sayda a été élu ce week-end à la tête du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition au régime de Bachar al-Assad.

Abdel Basset Sayda a été élu ce week-end à la tête du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition au régime de Bachar al-Assad. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

M. Sayda, qui a été élu ce week-end à la tête du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition au régime de Bachar al-Assad, a par ailleurs appelé les Syriens dans le monde entier à manifester contre les violences perpétrées par le régime de Damas. "Je veux lancer un appel à tous les Syriens expatriés pour qu'ils organisent des sit-in devant les ambassades syriennes", a-t-il dit dans des propos en arabe traduits en anglais.

"Nous voulons réaffirmer à tous les groupes et à toutes les communautés, spécialement les alaouites et les chrétiens, que l'avenir de la Syrie sera l'avenir de tout le monde (...) Il n'y aura pas de discriminations basées sur le sexe ou l'appartenance à des communautés, et la Syrie nouvelle sera un Etat démocratique", a ajouté M. Sayda, qui est lui-même membre de la minorité kurde de Syrie.

M. Sayda, qui est un exilé de longue date en Suède, a tenu cette première conférence de presse en présence de son prédécesseur, Burhan Ghalioun, auquel il a donné une accolade.

Appel à la désobéissance civile

Le nouveau président du CNS a souligné que l'élargissement de la base de son organisation et une meilleure prise en compte notamment des opposants de l'intérieur de la Syrie serait une priorité de son mandat. "Nous annonçons notre détermination à élargir la base du CNS pour en faire un parapluie sous lequel toute l'opposition se rassemble", a-t-il dit.

Interrogé sur les moyens de parvenir à cet objectif, il a rappelé qu'une réunion de toute l'opposition était prévue à la fin de la semaine prochaine à Istanbul. Il a aussi indiqué que le comité exécutif du CNS venait d'accueillir trois nouveaux membres, représentant les forces de l'intérieur.

Côté rebelles, le colonel Kassem Saadeddine, porte-parole de l'ASL en Syrie, a appelé dans un communiqué la population "à lancer une grève générale conduisant à la désobéissance civile". "Nous pressons les militaires et les officiers de l'armée régulière qui n'ont pas du sang sur les mains à rejoindre les combattants", a-t-il ajouté. Pour l'ASL, force d'opposition armée constituée principalement de déserteurs, "l'heure de la libération et du changement a sonné", indique le texte. M. Sayda a encore affirmé que la spirale de violences en Syrie, qui ont fait 51 morts dimanche et 111 la veille, montrait que le régime touchait "à sa fin".

Condamnations israéliennes

A l'étranger, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a condamné dimanche "les massacres de civils". Son vice-premier ministre Shaul Mofaz a accusé le régime de Bachar al-Assad de commettre un "génocide". Tandis que le président Shimon Peres a évoqué son "respect" pour les rebelles et souhaité leur victoire.

Le chef de la diplomatie britannique William Hague a comparé sur la chaîne Sky News la situation en Syrie à celle de la Bosnie dans les années 1990 et refusé d'exclure une intervention militaire.

Samedi, son homologue russe Sergueï Lavrov avait affirmé que son pays ne s'opposerait pas au départ du président Bachar al-Assad si ce scénario est le résultat d'un dialogue entre Syriens, sans ingérence étrangère. Plus de 14'100 personnes ont été tuées en près de quinze mois de révolte selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). (ats/nxp)

Créé: 10.06.2012, 23h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde