Vendredi 24 janvier 2020 | Dernière mise à jour 14:31

Etat d'urgence Turquie: les gardes à vue pourront durer 30 jours

Un décret paru samedi au Journal officiel indique les nouvelles mesures du gouvernement près le putsch manqué du 15 juillet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les gardes à vue pourront durer jusqu'à 30 jours pour les personnes soupçonnées d'implication dans le putsch manqué du 15 juillet en Turquie, selon un décret sur l'état d'urgence paru samedi au Journal officiel.

«La durée de la garde à vue ne pourra pas excéder 30 jours à compter de l'arrestation du suspect», selon le décret. La durée légale est de quatre jours. Le ministre de la Justice Bekir Bozdag avait évoqué vendredi une extension à «sept-huit jours», voire plus dans le cadre de l'état d'urgence en vigueur depuis jeudi.

11'000 personnes en garde à vue

Vendredi, s'adressant par téléphone à ses partisans réunis à Sakarya, le président Recep Tayyip Erdogan a indiqué que 11'000 personnes avait été placées en garde à vue depuis l'échec du putsch qui a fait 265 morts, dont 24 putschistes.

Par ailleurs, le décret dissout plusieurs milliers de structures ou d'institutions, notamment des établissements d'éducation, considérés comme liés au prédicateur en exil Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'avoir ourdi le putsch, ce qu'il nie.

Les organisations qui ont été fermées par le décret sont 1.043 établissements d'enseignement privés, 1.229 associations et fondations, 19 syndicats, fédérations et confédérations, et 35 établissements de santé, a précisé l'agence Anadolu.

Selon le décret, «il a été déterminé qu'elles appartiennent ou sont liées à l'organisation terroriste» de Fethullah Gülen «dont il a été prouvé qu'elle constitue une menace pour la sécurité nationale».

Limogeages en nombre

Par ailleurs, le décret prévoit le limogeage de tous les fonctionnaires «dont il aura été déterminé qu'ils sont rattachés, membres ou en relation avec des organisations terroristes ou des organisations, structures ou groupes dont il a été décidé qu'ils agissent contre la sécurité nationale».

Ces agents de l'Etat «ne pourront plus être employés dans la fonction publique, ne pourront plus y être affectés de manière directe ou indirecte».

Les chancelleries occidentales ont dit leurs inquiétudes devant l'ampleur des purges. Selon le ministère de l'Intérieur, plus de 4500 personnes ont été placées en détention.

Vendredi soir, Recep Tayyip Erdogan a assuré ses partisans que «la loi sur l'état d'urgence ne (les empêcherait) pas de sortir». «Au contraire, elle vous permettra de vous réunir sur les places» des villes, a-t-il dit, selon des propos rapportés par l'agence Anadolu.

Ankara entend obtenir l'extradition de Fethullah Gülen qui sera examinée selon «un processus légal», a répondu vendredi le président américain Barack Obama. Le ministre turc de la Justice pourrait prochainement se rendre aux Etats-Unis dans le cadre de l'examen de cette demande, selon le gouvernement.

gkg-ng/jh

(afp/nxp)

Créé: 23.07.2016, 09h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.