Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 11:10

Philippines Volcan: les habitants au secours des chevaux

De nombreux propriétaires sont retournés sur l'île où le volcan Taal est entré en éruption pour une périlleuse évacuation de leurs animaux.

En retournant chez eux, malgré les nombreuses mises en garde des autorités, les habitants ont enfreint l'ordre d'évacuation au péril de leurs vies.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils descendent du bateau, effrayés et couverts de cendres. Ces petits chevaux, rescapés de l'éruption du volcan philippin Taal, ont été sauvés par leurs propriétaires, retournés sur l'île pour une périlleuse évacuation de leurs précieux animaux.

Plus d'une dizaine d'entre eux ont ainsi été transportés hors de l'île volcanique dans de petits bateaux, jusqu'à la ville de Balete, sur les berges du lac Taal au sud de Manille. Ces chevaux, qui transportent les touristes jusqu'en haut du volcan, sont le principal gagne-pain des petits exploitants de l'île.

Animaux abandonnés dans la hâte

Quand le volcan Taal, situé à 65 km de la capitale, est entré en éruption dimanche, des milliers d'habitants ont été contraints d'abandonner à la hâte leur cheptel et la plupart de leurs biens. «Nos vies dépendent de nos chevaux, ce sont eux qui nous permettent de vivre» a expliqué un propriétaire, Alfredo Daet, 62 ans après avoir ramené trois de ses animaux sur la terre ferme.

«Nous aimons nos chevaux... c'est pourquoi nous voulions les sauver», a-t-il expliqué. Les chevaux, qui sont plusieurs centaines sur l'île, peuvent rapporter sept dollars chacun à chaque fois qu'ils transportent sur leur dos les touristes venus admirer la magnifique vue depuis le haut du volcan. Cette source de revenus est loin d'être négligeable dans un pays où des millions de personnes survivent avec moins de 2 dollars par jour.

Nombreuses bêtes tuées

Une multitude d'animaux de la ferme, notamment des vaches et des chèvres, vivant sur l'île ont été tués lors de l'éruption alors que des milliers d'habitants ont évacué de crainte d'une éruption de grande ampleur.

En retournant chez eux, malgré les nombreuses mises en garde des autorités, ces hommes ont donc enfreint l'ordre d'évacuation au péril de leurs vies. «Si nous laissons les chevaux mourir (sur l'île), nous serons ceux qui perdront à la fin», a expliqué un autre propriétaire, Pejay Magpantay, après avoir sauvé 11 de ses 14 bêtes.

Le volcan Taal, qui se trouve au milieu d'un lac de cratères, est l'un des plus actifs dans un archipel qui est une zone d'intense activité sismique du fait de sa position sur la «Ceinture de feu du Pacifique». Bien que classé «zone de danger permanent», par les vulcanologues travaillant pour le gouvernement, les habitants sont autorisés à vivre sur cette île et les touristes à la visiter.

Depuis 1572, il est entré des dizaines de fois en éruption, la plus meurtrière a eu lieu en 1911. Cette année-là, quelque 1300 personnes étaient décédées et des cendres avait été projetées jusqu'à Manille. Sa dernière éruption majeure remonte à 1977.

Depuis l'éruption de dimanche, des appels ont été lancés pour empêcher, une fois pour toutes, les gens de vivre sur l'île. «Je recommande fortement que nous appliquions la proposition que... Le Taal (volcan) soit déclaré no man's land », a déclaré mardi à la presse le ministre de la Défense Delfin Lorenzana. (afp/nxp)

Créé: 15.01.2020, 11h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.