Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Birmanie Aung San Suu Kyi à l'épreuve des urnes

Une élection partielle en Birmanie samedi doit révéler le soutien dont dispose le parti la dirigeante contestée à la moitié de son mandat.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les électeurs birmans votaient samedi dans le cadre d'une élection partielle. Le scrutin représente une rare mise à l'épreuve locale du soutien dont dispose le parti de la dirigeante contestée Aung San Suu Kyi, à la moitié de son mandat.

Aung San Suu Kyi, portée par la ligue nationale pour la démocratie (LND), est arrivée au pouvoir en 2015, mettant fin à des décennies de junte militaire. Son mandat a toutefois depuis été assombri par son silence autour de la crise des Rohingyas, minorité musulmane poussée à l'exil, et par la stagnation des négociations de paix avec des groupes d'insurgés dans des zones frontalières délaissées.

Seuls 13 mandats sont en jeu dans cette seconde élection partielle depuis l'élection nationale il y a trois ans, mais ceux-ci sont dispersés dans tout le pays et comprennent des sièges parlementaires et des sièges aux assemblées régionales locales, convoités par près de soixante-dix candidats issus d'une vingtaine de partis. Les premiers résultats devraient être connus dimanche.

720'000 Rohingyas en fuite

«J'ai voté LND ce matin», a indiqué Maung Maung, informaticien de 34 ans, vivant au sud de Rangoun. «J'étais un fervent soutien de la LND pendant des années, mais pendant les années où la LND a été au pouvoir, il y a eu des échecs qu'ils essayent de rectifier», a-t-il ajouté. «Je la soutiendrai jusqu'à ma mort», a pour sa part affirmé Aye Soe, un vendeur de rue de 52 ans, en parlant de la dirigeante birmane.

Mais la réputation d'Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix, a été écornée sur la scène internationale par la crise des Rohingyas. Plus de 720'000 membres de cette minorité musulmane ont fui vers le Bangladesh voisin suite à des exactions commises par l'armée birmane en août 2017.

Entassés dans des camps de réfugiés, ceux-ci ont décrit des meurtres, des viols et des villages brûlés par les militaires. La Birmanie a pour sa part affirmé que les militaires n'ont fait que se défendre face aux agressions d'insurgés rohingyas. (ats/nxp)

Créé: 03.11.2018, 07h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.