Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 23:34

Commémoration Les États-Unis se «fichaient» de Tiananmen

Une ancienne chef de file du mouvement d'étudiants de 1989 à Pékin affirme que Washington n'avait pas voulu intervenir pour des raisons diplomatiques.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancienne chef de file des manifestants de Tiananmen en 1989 a affirmé vendredi que l'ambassadeur des États-Unis à l'époque en Chine lui avait confié que Washington se «fichait» des défilés étudiants.

Chai Ling, qui était la chef de file des étudiants descendus dans la rue pour réclamer la démocratie, a rapporté qu'elle avait espéré une intervention des États-Unis lors de la répression sanglante par Pékin dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, qui avait fait des centaines, voire des milliers de morts.

«On est resté sur la place Tiananmen jusqu'à 6 heures du matin. On espérait que les Américains viendraient nous aider, et l'Amérique n'est jamais venue», a déclaré Mme Chai lors d'une audition devant le Congrès américain, à l'occasion du 25e anniversaire du mouvement.

Sanctions limitées

Mme Chai, qui avait fui la Chine dans un container vers Hong-Kong, la France puis les États-Unis, a rapporté qu'elle en avait parlé avec l'ambassadeur américain de l'époque, James Lilley, après que ce dernier eut quitté Pékin. «Je lui ai demandé: Monsieur, pourquoi? Pourquoi l'Amérique n'est pas venue? Et il m'a répond off the record: Ils s'en fichent. J'étais dévastée, mais c'était malheureusement la vérité», a raconté Mme Chai.

Celle-ci a également indiqué avoir rencontré le vice-président des États-Unis Dan Quayle, qui s'était excusé pour l'inaction de son pays. Le président américain George H. W. Bush, ancien ambassadeur à Pékin, avait imposé des sanctions limitées contre la Chine pour la répression de Tiananmen, tout en envoyant secrètement des responsables américains pour rassurer le chef suprême Deng Xiaoping.

L'ambassadeur Lilley, décédé en 2009, a écrit dans des mémoires qu'il déplorait les violences de Tiananmen mais que c'était important pour les États-Unis de maintenir des relations avec la Chine et d'inciter le pouvoir de Pékin à s'ouvrir au monde. (AFP/nxp)

Créé: 30.05.2014, 22h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.