Jeudi 23 mai 2019 | Dernière mise à jour 02:26

Malaisie L'ex-Premier ministre et son épouse blacklistés

Les autorités malaisiennes ont interdit samedi à Najib et Rosmah Razak de quitter le territoire national.

Najib Razaket et son épouse Rosmah Mansor figuraient sur la liste des passagers d'un avion privé à destination de Djakarta samedi matin ; des rumeurs de fuite se sont propagées. (Image - 11 mai 2018)

Najib Razaket et son épouse Rosmah Mansor figuraient sur la liste des passagers d'un avion privé à destination de Djakarta samedi matin ; des rumeurs de fuite se sont propagées. (Image - 11 mai 2018) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le ministère de l'Immigration vient de blacklister Najib et Rosmah afin de les empêcher de quitter le pays», a déclaré à l'AFP Mustafar Ali, directeur général de ce ministère. L'ex-Premier ministre, qui était au pouvoir depuis 2009, a affirmé dans un tweet «respecter cette décision» et assuré qu'il «restera dans le pays avec (s)a famille».

Najib Razak, 64 ans, avait auparavant annoncé sur Facebook qu'il partait avec sa famille à l'étranger pour de brèves vacances à partir de samedi et qu'il rentrait la semaine prochaine.

Des informations avaient auparavant filtré selon lesquelles les noms de l'ancien chef du gouvernement et de sa femme figuraient sur la liste des passagers d'un avion privé qui devait décoller d'un aéroport près de Kuala Lumpur pour la capitale indonésienne Jakarta à 10h00 (04h00 suisses). L'ex-chef du gouvernement et son épouse étaient semble-t-il les deux seuls passagers.

Démission

Najib Razak, qui a perdu les élections de mercredi face à Mahathir Mohamad, a annoncé samedi qu'il démissionnait de sa fonction de président du parti UMNO et de la présidence de l'alliance Barisan Nasional (BN), avec effet immédiat. «Nous sommes tristes de voir ce qui s'est passé, mais, en tant que parti qui respecte les principes de la démocratie, nous acceptons le verdict populaire», a-t-il dit.

Le nouveau Premier ministre, qui a déjà occupé ce poste pendant 22 ans entre 1981 et 2003, a promis une enquête sur l'affaire de corruption de plusieurs milliards de dollars relative au fonds souverain malaisien 1MDB, qui a été fondé par Najib Razak. Celui-ci a toujours nié toute illégalité en lien avec 1MDB.

Vers une réouverture de l'enquête

Mahathir Mohamad a été le mentor de Najib Razak avant de se retourner contre lui en raison de l'affaire 1MDB et de finalement battre mercredi la coalition qui a gouverné la Malaisie pendant six décennies.

Selon des informations qui ont filtré à partir de 2015, 700 millions de dollars auraient été volés à 1MDB et se seraient retrouvés sur les comptes bancaires personnels de Najib Razak.

Ce dernier a nié avoir agi illégalement et a été relaxé par le procureur général de Malaisie, alors même que les autorités américaines estimaient que plus de 4,5 milliards de dollars avaient été dérobés à la faveur d'une escroquerie orchestrée par un financier connu pour être proche de Najib Razak et de sa famille.

Six pays impliqués, dont la Suisse

Le fonds souverain 1MDB fait l'objet d'enquêtes pour blanchiment d'argent dans au moins six pays, dont la Suisse, Singapour et les États-Unis.

Selon des documents déposés par le ministère américain de la Justice dans un procès civil, près de 30 millions de dollars sur la somme manquante ont été utilisés pour acheter des bijoux pour Rosmah.

Deux sources ont déclaré à Reuters vendredi que Mahathir Mohamad s'apprêtait à nommer un conseiller du ministère des Finances pour superviser le recouvrement des sommes manquantes chez 1MDB. Le nouveau premier ministre a déclaré après sa victoire à l'élection de mercredi qu'il ne recherchait pas de bouc émissaire.

«Nous ne cherchons pas à nous venger», a déclaré M. Mahathir, âgé de 92 ans. «Ce que nous voulons, c'est restaurer la primauté du droit (...). Si la loi dit que Najib a fait quelque chose de mal, alors il devra faire face aux conséquences.»

Mahathir Mohamad a dévoilé samedi la composition de son gouvernement, au sein duquel Lim Guan Eng, ancien banquier, est nommé ministre des Finances. L'ancien vice-Premier ministre Muhyiddin Yassin obtient le portefeuille de l'Intérieur et Mohamad Sabu, opposant de longue date, celui de la Défense. (ats/nxp)

Créé: 12.05.2018, 06h01

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.