Vendredi 5 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:33

Proche-Orient Un policier israélien poursuivi pour avoir tué un Palestinien

La justice israélienne accuse un homme des forces de l'ordre d'«homicide involontaire». La mort du jeune homme est survenue durant une manifestation.

ILLUSTRATION - Le garde-frontière, une unité dépendant de la police, a été arrêté mi-novembre à la suite d'une enquête ouverte après la mort de Nadim Nouwara.

ILLUSTRATION - Le garde-frontière, une unité dépendant de la police, a été arrêté mi-novembre à la suite d'une enquête ouverte après la mort de Nadim Nouwara. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice israélienne a annoncé ce dimanche 23 novembre qu'un policier soupçonné d'avoir tué par balles un jeune Palestinien en mai lors d'une manifestation en Cisjordanie occupée serait poursuivi pour «homicide involontaire».

Tué lors du jour de la création d’Israël

Le garde-frontière, une unité dépendant de la police, a été arrêté mi-novembre à la suite d'une enquête ouverte après la mort de Nadim Nouwara. Ce jeune homme de 17 ans a été tué le 15 mai à Beitunia lors de manifestations marquant la «Nakba» («catastrophe» en arabe) que représente pour les Palestiniens la création d'Israël en 1948 et la tragédie des réfugiés.

Un autre Palestinien, Mohammad Oudeh, 16 ans, a été tué le même jour au même endroit.

Lors de son arrestation, l'avocat du garde-frontière avait indiqué que son client démentait avoir tiré à balles réelles. Après la mort des deux jeunes, l'armée israélienne avait déclaré dans un communiqué que ses soldats avaient «utilisé des moyens anti-émeutes et des balles caoutchoutées».

La famille de Mohammad Oudeh a refusé son autopsie. Une équipe de légistes, composée de deux Israéliens, un Palestinien, un Danois et un Américain, a en revanche pratiqué cet examen médicolégal sur le corps de Nadim Nouwara.

«Ils (les experts) sont tous d'accord pour conclure que la victime a été tuée par balles réelles», avait déclaré en juin Sarit Michaeli, de l'ONG israélienne B'Tselem, qui avait demandé l'autopsie avec les organisations «Défense des enfants-International», Al-Haq et Physicians for Human Rights.

(afp/nxp)

Créé: 23.11.2014, 15h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.