Dimanche 20 octobre 2019 | Dernière mise à jour 13:12

Londres Assange a été «torturé psychologiquement»

Julian Assange présente «tous les symptômes (de) torture psychologique», a affirmé vendredi le Rapporteur de l'ONU sur la torture, qui a pu le rencontrer en prison avec des médecins.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Julian Assange a été délibérément exposé, pendant plusieurs années, à des formes graves de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, dont les effets cumulatifs ne peuvent être décrits autrement que comme de la torture psychologique», a relevé dans un communiqué Nils Melzer, expert indépendant de l'ONU et professeur de droit international.

«La persécution collective de Julian Assange doit finir maintenant!», a exigé dans un communiqué Nils Melzer, expert indépendant de l'ONU et professeur de droit international.

Depuis la diffusion de documents confidentiels sur les forces américaines par WikiLeaks en 2010, «il y a eu une campagne implacable et sans retenue d'intimidation et de diffamation contre M. Assange, non seulement aux Etats-Unis, mais aussi au Royaume-Uni, en Suède et, plus récemment, en Equateur», a-t-il déploré.

Ce Rapporteur de l'ONU, qui parle en son nom, a rendu visite le 9 mai au fondateur australien de WikiLeaks accompagné de deux experts médicaux spécialisés dans l'examen des victimes de torture, environ un mois après son arrestation par la police britannique à l'ambassade d'Equateur.

Après un «examen médical approfondi» des experts médicaux, Nils Melzer a jugé «évident que la santé de Julian Assange a été gravement affectée par l'environnement hostile auquel il a été exposé pendant plusieurs années».

«En plus de maux physiques, Julian Assange présente tous les symptômes typiques d'une exposition prolongée à la torture psychologique, une anxiété chronique et des traumatismes psychologiques intenses», a relevé Nils Melzer, jugeant que «les preuves sont accablantes et claires».

«Julian Assange a été délibérément exposé, pendant plusieurs années, à des formes graves de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, dont les effets cumulatifs ne peuvent être décrits autrement que comme de la torture psychologique», a-t-il poursuivi.

50 semaines de prison

Suite à une demande d'extradition formulée par les Etats-Unis, Julian Assange a été interpellé le 11 avril à l'ambassade d'Equateur à Londres. Il s'y était réfugié en 2012, en partie pour fuir la justice américaine après la publication par WikiLeaks de 250'000 câbles diplomatiques et d'environ 500'000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan. Début mai, il a été condamné à 50 semaines de prison par un tribunal britannique pour violation de ses conditions de liberté provisoire.

Et la Suède a relancé des poursuites à son encontre pour viol présumé en 2010. De son côté, la justice américaine a annoncé la semaine dernière 17 nouveaux chefs d'inculpation contre Julian Assange, notamment en vertu des lois anti-espionnage.

S'il venait à être extradé aux Etats-Unis, il «serait exposé à un risque réel de violations graves de ses droits humains, y compris de sa liberté d'expression et d'expression», a estimé Nils Melzer, qui s'est dit «particulièrement alarmé» par les 17 nouvelles inculpations.

«Cela pourrait bien aboutir à une peine d'emprisonnement, ou peut-être même la peine de mort, si d'autres accusations devaient être portées à l'avenir», s'est inquiété Nils Melzer. (afp/nxp)

Créé: 31.05.2019, 11h37


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.