Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 15:46

Grèce Athènes ne veut plus de constructions illégales

Le gouvernement tente de reprendre la main face aux critiques sur la gestion des incendies et à la colère des sinistrés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement grec s'est engagé mercredi à accélérer la destruction prévue de quelque 3000 constructions illégales autour d'Athènes. Les autorités comptent également «réorganiser» la Protection civile dix jours après les feux qui ont tué au moins 91 personnes.

Ces mesures ont été annoncées dans une conférence de presse alors que le gouvernement tente de reprendre la main face aux critiques de l'opposition sur la gestion de la catastrophe et à la colère des sinistrés.

La famille d'un septuagénaire mort dans les feux a aussi porté plainte dans la matinée pour «homicide par négligence» contre le chef de la Protection civile, la préfète de l'Attique et le maire de Marathon, ainsi que «tout responsable» des pompiers ou de la police.

Une série d'amendements législatifs et d'arbitrages administratifs et financiers vont «accélérer» la destruction prévue, de quelque 2500 constructions illégales en forêts et environ 700 sur les rivages, a indiqué le ministre de l'Environnement, Georges Stathakis.

Rattrapés par les flammes

Parallèlement, les services compétents vont «développer la prévention des feux de forêts», et «renforcer les contrôles» contre les murs et barrières bloquant, illégalement, l'accès au bord de mer, a indiqué son adjoint, Socratis Famellos. Le ministre de l'Intérieur, Panis Skourletis, a pour sa part annoncé une prochaine «réorganisation du service de Protection civile», largement mis en cause par experts et médias.

L'ampleur des ravages humains et matériels, surtout dans la localité de Mati, à l'est d'Athènes, a été imputée par autorités et experts à la violence des vents et à l'urbanisme anarchique de la zone, développée en pleine pinède. Nombre de victimes ont été rattrapées par les flammes alors qu'elles tentaient de gagner les plages, faute de plan d'évacuation et d'accès à la mer.

Le Premier ministre Alexis Tsipras avait assumé la semaine dernière la «responsabilité politique» du désastre, mais rejeté des déficiences opérationnelles, tandis que les divers services impliqués se renvoyaient la balle. Le gouvernement a aussi annoncé un train de mesures de soutien aux sinistrés chiffrées à 40 millions d'euros (46 millions de francs). (ats/nxp)

Créé: 01.08.2018, 14h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.