Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 20:44

Afrique Une attaque au Burkina Faso fait quatre morts

Une embuscade contre le député-maire de Djibo, une grande ville du nord du Burkina Faso, a causé la mort de quatre personnes dimanche.

Le député-maire de Djibo Oumarou Dicko a été tué lors de l'embuscade.

Le député-maire de Djibo Oumarou Dicko a été tué lors de l'embuscade. Image: Twitter (@emmanutapsoba)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quatre personnes, dont le député-maire de Djibo, grande ville du nord du Burkina Faso et chef-lieu de la province du Soum, visée par des attaques djihadistes récurrentes, ont été tuées dimanche lors d'une embuscade, a-t-on appris de sources concordantes.

«Le député-maire de Djibo (Oumarou Dicko) et trois de ses compagnons, ont été tués lors d'une attaque par des individus armés non identifiés aux environs de 12h (GMT et locales, 13h en Suisse) sur l'axe Djibo-Namssiguia», a indiqué à l'AFP une source administrative.

«Le véhicule du député-maire est tombé dans une embuscade dans la localité de Gaskindé», selon une source sécuritaire, qui précise que les autres morts sont «le chauffeur du député, son cousin et un agent de la mairie».

La route Djibo-Namssiguia est la route du Sud menant à Ouagadougou, la capitale. Namssiguia se trouve à environ 200 km de la capitale.

Fuite des habitants vers Djibo

Le 27 octobre, quinze civils avaient été tués à Pobé-Mengao, dans la province du Soum, par des hommes armés, provoquant une fuite des habitants vers Djibo, située à 25 km.

Un couvre-feu de 20h à 5h a été instauré à Djibo depuis plus d'un an. Le gouverneur y a réduit la circulation de «véhicules de type tricycle et deux roues à grosses cylindrées».

Point névralgique du nord

Djibo, connu notamment pour son marché aux bovins, est un point névralgique du nord. Début octobre, l'armée française dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane, avait déployé des hélicoptères et des commandos parachutistes «pour contribuer à la sécurisation de la piste de Djibo et permettre les relèves des forces burkinabè», selon l'état-major français.

Une semaine auparavant, du 13 au 16 septembre, quelque 70 soldats français de Barkhane avaient déjà aidé les militaires burkinabè à renforcer leur camp de Djibo.

Selon un policier s'exprimant sous couvert de l'anonymat, la ville vit dans une tension permanente. «A 14h, tous, policiers, gendarmes, militaires, fonctionnaires gagnent le camp militaire», où ils dorment pour éviter d'être tués ou enlevés.

Spirale de violences

Le Burkina Faso est pris depuis près de cinq ans dans une spirale de violences attribuées à des mouvements djihadistes, certains affiliés à Al-Qaïda et d'autres au groupe Etat islamique.

Depuis début 2015, les attaques djihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l'Est, ont fait près de 635 morts selon un comptage de l'AFP et occasionné près de 500'000 déplacés internes et réfugiés, selon l'ONU. (afp/nxp)

Créé: 03.11.2019, 21h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.