Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 21:30

Afrique Attaque meurtrière au Burkina Faso

Cinq gendarmes et autant de civils ont été tués dans une attaque dans le nord du Burkina Faso lundi matin.

Image: Google Maps

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cinq gendarmes et au moins cinq civils ont été tués lundi matin lors d'une attaque contre le détachement de gendarmerie de Oursi, localité de la province de l'Oudalan, dans le nord du Burkina, près de la frontière malienne, a-t-on appris de sources sécuritaires.

«Plusieurs dizaines d'individus armés ont mené une attaque contre le détachement de gendarmerie basé à Oursi lundi vers 03h00 (05h00 en Suisse)», a indiqué à l'AFP une source sécuritaire. «Après plusieurs heures d'échanges de tirs, les assaillants ont réussi à pénétrer dans le camp. Malheureusement on a perdu cinq gendarmes», a précisé la même source.

Selon une autre source sécuritaire, au moins cinq civils - des travailleurs d'une société privée - ont également été tués. «Un renfort a été déployé sur les lieux mais les assaillants s'étaient déjà repliés, après avoir également occasionné de nombreux dégâts matériels», dont notamment l'incendie d'un pickup militaire. Selon plusieurs autres sources concordantes, les assaillants ont également emporté un «important stock d'armement et incendié divers matériels».

Conseil des ministres

Cette attaque survient la veille d'une rencontre à Ouagadougou du conseil des ministres du G5 Sahel - dont le Burkina Faso assure la présidence - sur la mise en oeuvre des décisions prises lors d'un sommet extraordinaire tenu à la mi-septembre dans la capitale burkinabé.

Dimanche quatre personnes, dont le député-maire de Djibo, grande ville du nord du Burkina Faso et chef-lieu de la province du Soum, ont été tuées dans une embuscade sur l'axe Djibo-Namssiguia, toujours dans le nord du pays.

Le Burkina Faso est pris depuis près de cinq ans dans une spirale de violences attribuées à des mouvements djihadistes , certains affiliés à Al-Qaïda et d'autres au groupe Etat islamique. Depuis début 2015, les attaques djihadistes , de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le nord et l'est, ont fait près de 649 morts selon un comptage de l'AFP et occasionné près de 500'000 déplacés internes et réfugiés, selon l'ONU. (afp/nxp)

Créé: 05.11.2019, 02h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.