Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 22:11

Afghanistan Une attaque-suicide secoue Jalalabad

Une attaque-suicide a été suivi d'échanges de tirs à proximité de l'aéroport de Jalalabad. Un premier bilan fait état d'au moins 16 victimes.

L'attaque a proximité de de l'aéroport de Jalalabad n'a pas été revendiquée.

L'attaque a proximité de de l'aéroport de Jalalabad n'a pas été revendiquée. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins seize civils sont morts mercredi dans une attaque contre une entreprise locale de BTP proche de l'aéroport de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan. Cette opération intervient alors que des pourparlers de paix se poursuivent entre Etats-Unis et talibans.

«L'attaque est terminée. Les cinq assaillants ont été tués», a annoncé Attaullah Khogyani, le porte-parole de la province du Nangarhar, dont Jalalabad est la capitale. Selon lui, l'attaque a débuté à 05h00 locales (01h30 suisses).

«Seize employés de la compagnie ont été tués et neuf autres blessés», dont deux sont dans un état critique, a-t-il poursuivi. Le ministère afghan de l'Intérieur a confirmé le bilan. Un membre du conseil provincial, Ajmal Omar, a fait état de 18 tués.

«Rien à voir» avec les talibans

Si les talibans et le groupe Etat islamique (EI) sont actifs dans le Nangarhar, l'attaque n'a pas été revendiquée. Elle «n'a rien à voir avec nous», a assuré le porte-parole taliban Zabihullah Mujahid à l'AFP.

Selon M. Khogyani, «deux kamikazes ont fait exploser leur veste explosive et deux autres ont été abattus par les forces de sécurité» avant que les forces spéciales afghanes ne soient déployées sur les lieux, aidant à neutraliser le dernier assaillant. Une voiture piégée, deux vestes explosives et plusieurs mines ont ensuite été découvertes, a-t-il ajouté.

Ce nouvel attentat survient au moment où les Etats-Unis et les talibans mènent depuis la semaine dernière des discussions de paix à Doha pour tenter de mettre un terme au conflit qui déchire l'Afghanistan depuis 2001. «Des progrès ont été réalisés» mais «il reste encore du travail à faire», a affirmé mardi le porte-parole de la diplomatie américaine, Robert Palladino, à Washington.

Selon le département d'Etat américain, les discussions portent «sur les quatre sujets liés entre eux qui composeront tout futur accord»: le contre-terrorisme, le retrait des troupes américaines, le dialogue inter-afghan et un cessez-le-feu.

Négociations «pas à pas»

Les pourparlers «progressent pas à pas. Comme la question à l'étude est extrêmement cruciale et délicate, sa progression se fait avec autant de soin et de vigilance», avait indiqué dimanche Zabihullah Mujahid dans un communiqué.

Entamé le 25 février, ce nouveau cycle de négociations entre une délégation américaine menée par l'émissaire Zalmay Khalilzad et le groupe insurgé avait connu une suspension de deux jours pour permettre des «délibérations internes».

C'est la plus longue rencontre entre les deux parties depuis les six jours consécutifs de discussions fin janvier, qui s'étaient conclus sur une «ébauche d'accord» concernant le retrait des troupes américaines du sol afghan et l'engagement des talibans à ce que l'Afghanistan ne devienne pas une base arrière pour des terroristes voulant mener des attaques hors du pays.

Dans un article publié jeudi, le New York Times a annoncé qu'un plan du Pentagone prévoyant un retrait des forces américaines d'Afghanistan d'ici trois à cinq ans avait été mis sur la table de négociation, ce que les talibans ont nié.

Violences quotidiennes

Malgré les demandes de cessez-le-feu de la population afghane, qui paie un lourd tribu à la guerre, d'incessants combats se poursuivent quotidiennement. Vendredi, une attaque d'envergure revendiquée par les talibans contre une base conjointe américano-afghane du sud-ouest de l'Afghanistan a provoqué la mort d'au moins 23 membres des forces de sécurité afghanes et 20 talibans.

Mercredi, le ministère afghan de la Défense a annoncé que 92 «terroristes» avaient été tués lors des dernières 24 heures au cours d'affrontements dans une dizaine des 34 provinces du pays. (ats/nxp)

Créé: 06.03.2019, 10h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.