Mardi 10 décembre 2019 | Dernière mise à jour 02:14

France Attentat de Nice: un détenu se donne la mort

Un homme qui aurait fourni une arme au terroriste qui a fauché des dizaines de passants, à Nice, en juillet 2016, s'est suicidé.

Suicidaire? Faites-vous aider!

«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse ! C'est un démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide, dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.

N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes : «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d'aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.

Galerie photo

Attentat: ils ont été assasinés à Nice

Attentat: ils ont été assasinés à Nice Quatre-vingt quatre personnes sont décédées le 14 juillet 2016 à Nice lors de l'attentat perpétré par le Tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un détenu mis en examen dans l'enquête sur l'attentat de Nice le 14 juillet 2016 s'est suicidé vendredi à la prison de Fleury-Mérogis, en region parisienne, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Aleksander H., 38 ans, «a été retrouvé pendu avec un lacet dans sa cellule», a expliqué le parquet d'Evry, confirmant une information du journal Libération. L'homme était soupçonné d'avoir fait partie de la chaîne qui a fourni en armes le Tunisien Mohamed Lahouaiej B., qui a tué 86 personnes et en a blessé 450 autres au volant d'un camion, le 14 juillet 2016 à Nice.

Complicité

Il était mis en examen pour complicité d'association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et pour infraction à la législation sur les armes en lien avec une entreprise terroriste.

Selon des sources proches du dossier, il serait notamment poursuivi pour avoir vendu une arme à une personne. Arme qu'il aurait revendue ou donnée et qui se serait retrouvée in fine entre les mains du tueur.

Pas à l'isolement

Incarcéré depuis décembre 2016, Aleksander H. était seul en cellule mais n'était pas à l'isolement. Sa détention provisoire, «venait d'être prolongée début juin», a précisé le parquet.

Il s'agit du deuxième détenu incarcéré dans une affaire d'attentat à se donner la mort derrière les barreaux. En 2015, Yassin S., lui aussi incarcéré à Fleury-Mérogis après avoir décapité son patron et attaqué un site gazier en Isère, s'était suicidé. (afp/nxp)

Créé: 12.06.2018, 11h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.