Samedi 23 mars 2019 | Dernière mise à jour 12:34

Thaïlande L'Australie étudie le cas de la jeune Saoudienne

La jeune Saoudienne, qui a fui sa famille et se trouve sous la protection du HCR à Bangkok, pourrait bien être accueillie en Australie.

La Saoudienne affirme avoir subi des violences physiques et psychologiques de la part de sa famille et craint pour sa vie.

La Saoudienne affirme avoir subi des violences physiques et psychologiques de la part de sa famille et craint pour sa vie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Australie envisage d'accueillir une jeune Saoudienne que la Thaïlande a renoncé à expulser face à la mobilisation des réseaux sociaux. Elle est pour l'heure toujours sous la protection du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU.

«Étudier son cas et déterminer les prochaines étapes pourrait prendre plusieurs jours», a indiqué dans un communiqué Giuseppe de Vicentiis, représentant du HCR en Thaïlande. Il a remercié les autorités thaïlandaises de ne pas l'avoir «renvoyée dans son pays contre son gré».

En voyage au Koweït avec sa famille, Rahaf Mohammed al-Qunun, 18 ans, a fugué et atterri ce week-end à l'aéroport de Bangkok. Elle envisageait de rallier dans la foulée l'Australie où elle comptait déposer une demande d'asile.

Canberra a assuré mardi qu'elle allait «évaluer avec soin» la demande d'asile de la jeune Saoudienne. «Toute demande de visa humanitaire de la part de Mme Al-Qunun sera évaluée avec soin une fois achevée la procédure du HCR», a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Arrêtée dès son entrée sur le territoire thaïlandais, elle a assuré s'être vu confisquer son passeport par des responsables saoudiens et koweïtiens, ce que l'ambassade d'Arabie saoudite a démenti.

Barricadée dans sa chambre d'hôtel de l'aéroport, elle a posté de nombreux messages sur Twitter, se disant menacée de mort par sa famille si elle rentrait en Arabie saoudite.

Affaire de famille?

«Il ne s'agit pas d'une affaire politique ou internationale... C'est une affaire de famille», a tenté mardi de minimiser le chef de la police de l'immigration thaïlandaise, Surachate Hakparn, après une réunion à l'ambassade d'Arabie Saoudite à ce sujet.

«Cela doit être réglé en famille», a-t-il insisté, alors que le père et un frère de la jeune fille sont arrivés à Bangkok pour lui parler.

Mais cette affaire a pris ces derniers jours une dimension particulière après le meurtre en octobre du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d'Istanbul en Turquie.

Rapidement, une pétition contre l'expulsion de la jeune femme est apparue sur internet.

Face à la forte pression internationale et à celle des réseaux sociaux, la Thaïlande a finalement décidé de ne pas l'expulser, autorisant le HCR à prendre en charge son cas.

«Vous êtes le vrai pouvoir», a lancé mardi la jeune femme aux internautes sur Twitter, après avoir réussi le tour de force de mobiliser l'attention internationale autour de son cas, dans un pays où des centaines de demandeurs d'asile patientent, parfois des années, dans des centres de détention, dans l'indifférence et l'anonymat le plus complet.

Chaque mois, entre 50 et 100 personnes se voient refuser un visa à leur arrivée en Thaïlande, selon l'immigration thaïlandaise. «Mais le cas de Rahaf est exceptionnel», a précisé le chef de l'immigration, sans préciser en quoi son cas était à part.

Selon le principe international du non-refoulement, les demandeurs d'asile ne peuvent être renvoyés dans leur pays d'origine si leur vie est menacée. Mais la Thaïlande n'est pas signataire d'une convention des Nations Unies sur les réfugiés et les demandeurs d'asile sont généralement expulsés ou attendent des années avant d'être éventuellement envoyés dans des pays tiers. (ats/nxp)

Créé: 08.01.2019, 11h49

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.