Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 02:30

Conseil fédéral Avoirs tunisiens et ukrainiens gelés un an de plus

Les avoirs en Suisse des présidents déchus Zine el Abidine Ben Ali en Tunisie et Viktor Ianoukovitch en Ukraine seront gelés un an de plus. Le Conseil fédéral l'a décidé vendredi afin de soutenir la coopération judiciaire.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Début 2011, le Conseil fédéral avait réagi aux révoltes arabes en cours et bloqué à titre préventif tous les avoirs en Suisse du président tunisien déchu et de son entourage. Un blocage similaire a été prononcé dans le cadre de la crise ukrainienne en février 2014.

Déjà prolongés à plusieurs reprises, les blocages de 56 millions pour le cas tunisien et de 70 millions pour le dossier ukrainien arriveront à échéance respectivement en janvier et en février 2020.

Origine des avoirs

Plusieurs procédures sont en cours contre les principaux protagonistes et les autorités de ces pays ont activement progressé dans le traitement des cas sur le plan judiciaire. Cependant, des jugements sont encore nécessaires pour déterminer si les avoirs bloqués sont d'origine illicite.

Les blocages préventifs du Conseil fédéral n'ayant pas encore pleinement atteint leur objectif et les conditions légales d'un renouvellement étant remplies, il se justifie de les reconduire. (ats/nxp)

Créé: 13.12.2019, 14h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.