Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 12:23

Ouragan Dorian Les évacuations se bousculent aux Bahamas

Les évacuations se sont enchaînées samedi aux Bahamas où le bilan provisoire fait état de 43 morts .

Galerie photo

L'ouragan Dorian dévaste les Bahamas

L'ouragan Dorian dévaste les Bahamas L'ouragan Dorian a meurtri les Bahamas où le bilan humain ne cesse d'augmenter.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Ici, nous allons mourir»: comme des centaines d'autres habitants, Miralda Smith tente de quitter l'île d'Abaco dévastée, près d'une semaine après le passage de l'ouragan Dorian sur les Bahamas.

Cette Haïtienne, qui vit depuis trois ans à Abaco, dans le nord de l'archipel, est arrivée samedi avant l'aube au port de commerce de Marsh Harbour, principale ville de l'île. Depuis, elle attend son tour avec plusieurs centaines de personnes, après avoir passé les inspections de l'armée qui sécurise le site.

Traversée de 7 sept heures

«Je veux juste quitter l'île. On n'a pas d'eau, pas d'électricité. On est en train de mourir, c'est vraiment catastrophique», souffle-t-elle, dans l'espoir de retrouver son mari bahaméen à Nassau, la capitale du pays des Caraïbes.

Assis sur leurs valises ou à même le sol, certains se protègent du soleil avec des draps ou des toiles de plastique. Ils font la queue depuis un hangar au toit arraché et jusque sur le quai, où leurs bagages sont passés au crible par les militaires, puis chargés en palettes entourées de film plastique.

Tout le monde ne veut toutefois pas quitter Marsh Harbour. Située en face du bidonville The Mudd, la maison de Kelly Louis-Pierre, en béton, a été relativement épargnée. Il veut donc rester avec sa femme et leurs sept enfants.

«Après l'ouragan, nous avons besoin de travail, de recommencer de zéro. J'ai une maison où vivre et nous devons reconstruire cet endroit», dit ce maçon de 54 ans.

Pour lui, c'est l'occasion de tourner une page. «Je pense que The Mudd va disparaître. Il faudra tout nettoyer pour que les promoteurs investissent», lance-t-il avec un peu d'espoir. (afp/nxp)

Créé: 07.09.2019, 18h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.