Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:35

Arctique Le bateau de Mike Horn totalement bloqué dans les glaces

Dix jours après son sauvetage, l'aventurier de Château-d’Œx est toujours piégé par la banquise. Lui et l'équipage commencent à se rationner.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mike Horn n'est pas encore tout à fait tiré d'affaire. Si lui et son compagnon d'aventure arctique, Borge Ousland, ont été récupérés, épuisés et affamés, le 8 décembre dernier, le bateau «Lance» qui les a recueillis est, depuis bloqué par les glaces.

Quatre jours après être monté à bord, l'aventurier de Château-d’Œx rassurait un peu sur son état en écrivant sur son compte Instagram: «Je ne dors pas aussi bien que je l'ai fait sur la glace à cause du manque de fatigue. Mais je me sens toujours vidé et j'ai tendance à me promener comme un zombie sans but. Cette expédition nous a tellement pris et même si je guéris rapidement, je sais que cela me prendra du temps pour me retrouver.»

Travail de forçat par -23°C

Mais il rajoutait: «Ce n'est toutefois pas fini. Nous sommes bloqués par la glace et espérons qu'elle nous libère bientôt pour que nouis puissions rejoindre le «Pangaea» (son bateau, ndlr) et rentrer à la maison.» Hélas, ce n'est toujours pas le cas. Hier, l'un des membres de l'expédition, le photographe Charles Audier écrivait: «On descend sur la glace dans le noir. Là, on nous donne une énorme barre à mine et une perceuse avec une mèche large de 25 cm. Le but est de faire du «piquage» autour de la coque avec un angle de 15° tous les 5 cm. Bon, ça c’est la théorie, en pratique on perce comme des bagnards tous les 10/15 cm. On descend de la longueur de la mèche en veillant à ne pas la bloquer, là, on serait foutu. Quand on atteint l’eau, il faut faire attention à ne pas se faire emporter. C’est très physique.»

De plus, tous ces efforts n'ont guère de résultat. il poursuit: «Je réalise plus tard qu’on est sur la glace depuis plus de 3 heures. Par -23°C avec le vent dans le visage à faire des trous, l’énergie s’envole très vite, on fatigue rapidement. En plus, la manœuvre n’a servi à rien. Le bateau reste coincé. Là, la foreuse ne marche plus. On passe à la tronçonneuse, et au découpage de glaçons. On se sent ridicule et le travail semble insignifiant, et pourtant si éreintant. (...) Mais rien à faire, on ne bouge pas. On va laisser l’ancre à l’arrière en tension toute la nuit, avec un peu de chance, ça peut nous faire bouger…»

Mike Horn tient à aider

L'une des filles de Mike Horn, Annika, a donné des nouvelles de son père au «Parisien». Il a des bandages sur ses engelures mais se porte bien. Pourtant, alors qu'il devrait peut-être récupérer un peu, il a tenu à faire sa part du boulot sur la glace pour dégager le bateau. «Il ne peut pas rester à ne rien faire. Il se sent un peu responsable de la situation. Et plus que les autres, il veut absolument rentrer à la maison même s'il a accepté le fait qu'il ne sera pas de retour tout de suite », confie-t-elle.

Pâtes et riz

Si Mike Horn avait pu avaler des steaks et des fondants au chocolat en arrivant à bord du «Lance», c'est fini: «Ils ne mangent plus de trucs délicieux, ils essaient d'économiser un maximum car ils ne savent pas encore combien de temps ils vont être coincés. En ce moment, c'est plutôt pâtes et riz», explique Annika Horn, qui rassure toutefois: «Tout le monde va bien. On n'est pas dans une situation de danger».

Michel Pralong

Créé: 18.12.2019, 12h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.