Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 12:48

Chronique La trop belle histoire du prêtre qui cède son respirateur

L’Italien Giuseppe Berardelli, 72 ans, se serait sacrifié pour qu’un plus jeune puisse vivre. On avait en tout cas envie d’y croire.

Don Giuseppe Berardelli, 72 ans, n'a pas eu une mort héroïque. Mais mérite qu'on lui rende hommage.

Don Giuseppe Berardelli, 72 ans, n'a pas eu une mort héroïque. Mais mérite qu'on lui rende hommage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un prêtre italien touché par le coronavirus a été hospitalisé. Dans un état, critique, il a fallu le placer sous respirateur. Mais le septuagénaire a fermement refusé, décidant de céder l’appareil à un patient plus jeune que lui. Une personne qui aurait de meilleures chances de survie. Et davantage d’années à vivre. Puis ce prêtre héroïque est mort.

Cette histoire belle et tragique a été révélée lundi par Alganews, qui se décrit comme un quotidien en ligne. Pleine d’émotion, elle raconte le «dernier geste d’amour» du prêtre de Bergame Giuseppe Berardelli, 72 ans. Il est précisé que ce sont ses paroissiens qui se sont cotisés pour lui acheter ce respirateur dont il avait tant besoin. Mais qu’il en a fait don à un autre, un inconnu, en espérant qu’il serait plus jeune et robuste que lui.

L'histoire devient virale

Un prêtre italien qui cède son respirateur à un autre et meurt. L’ultime décision de Giuseppe Berardelli a vite été repérée et racontée par d’autres médias italiens. Puis l’histoire a littéralement fait le tour du monde, reprise par des médias tant populaires que de référence des quatre coins de la planète. Parfois avec la prudence qui s’impose. Parfois pas.

Avec un joli élément qui est venu s’ajouter au récit, on ne sait pas à quel stade. Impossible aujourd’hui d’organiser de vraies funérailles en Italie. Mais les paroissiens du défunt, à Casigno, au nord-est de Bergame, sont sortis sur leurs balcons et ont applaudi pour lui rendre hommage.

Etat critique

Mais n’est-ce pas tout de même un peu trop beau pour être vrai? Portail d’information spécialisé dans les actualités liées à l'Église catholique, Crux semble le premier à s’être posé la question. Il a retrouvé Giuseppe Foresti, ami du défunt depuis seize ans, sacristain dans son église. La belle histoire, a-t-il témoigné, est une «fake news». Ou une «demi fake news».

Selon lui, à son arrivée à l’hôpital, Giuseppe Berardelli était déjà dans un état critique voire désespéré. Et il a bien refusé un respirateur. Mais «car il ne pouvait tout simplement pas le tolérer, en partie à cause de conditions de santé préexistantes»...

Démenti officiel

«La Repubblica» s’est ensuite également penchée sur la mort de Don Berardelli. Et explique que les autorités ecclésiastiques ont officiellement démenti la version selon laquelle il se serait sacrifié pour un plus jeune.

La morale? Évidemment, des journalistes ont été un peu vite en besogne. Mais si cette histoire poignante a tant et tant été racontée en ces temps de pandémie, d'anxiété, c’est qu’elle est inspirante et qu’on avait envie d’y croire, non? Besoin de savoir que même aux pires instants, on peut faire preuve d’une folle humanité et du don de soi le plus absolu?

Aimé et charismatique

Quoi qu’il en soit Giuseppe Berardelli n’est pas mort en héros et n'a pas refusé d’être traité pour qu’un plus jeune vive. Mais selon son ami Giuseppe Foresti, c’était un prêtre aimé et charismatique, entièrement dédié à la communauté, un modèle de vertu et de foi.

«La Repubicca» précise de son côté que le 16 mars dernier, les habitants de Casigno ont bel et bien rendu hommage au disparu, en «applaudissant longuement» depuis leur balcon.

Renaud Michiels

Créé: 26.03.2020, 06h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.