Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:40

Nucléaire Téhéran refuse une rencontre avec Trump

Le président iranien Rohani a déclaré mercredi que son pays était prêt à réduire davantage ses engagements, mais pas sans une levée des sanctions américaines.

Iran: trente ans d'histoire.

Galerie photo

La crise du nucléaire iranien en images

La crise du nucléaire iranien en images Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Les Européens devraient poursuivre leurs concertations pour sauver le compromis de 2015.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Téhéran a une nouvelle fois rejeté mercredi l'idée d'une rencontre entre le président américain Donald Trump et son homologue iranien Hassan Rohani sans une levée des sanctions américaines. Une telle rencontre avait été évoquée la veille par Washington.

Les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran, des ennemis historiques, sont exacerbées depuis le retrait unilatéral de Washington en mai 2018 d'un accord international signé trois ans auparavant et qui visait à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire. Si les Etats-Unis ont depuis rétabli des sanctions draconiennes qui asphyxient l'économie iranienne, le président Trump souffle le chaud et le froid, entre extrême fermeté et volonté de négocier avec Téhéran.

Rencontre sans conditions

Mardi, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a déclaré que «le président (Trump) l'avait dit clairement, il est prêt à une rencontre sans conditions préalables, mais nous maintenons la campagne de pression maximale» sur Téhéran. «Bien sûr», a ajouté le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, interrogé au cours de la même conférence de presse à Washington, sur la possibilité d'une rencontre en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à la fin du mois.

Début septembre, Donald Trump avait estimé qu'un face-à-face avec Hassan Rohani était «possible» lors du grand rassemblement annuel des Nations unies à New York. Mais le président iranien avait auparavant conditionné une rencontre à la levée de toutes les sanctions contre son pays.

«Terrorisme économique»

Mercredi, le représentant de l'Iran à l'ONU a réaffirmé cette position, dans un entretien publié par l'agence officielle iranienne Irna. Majid Takht-Ravanchi a ainsi répété qu'une telle rencontre ne pourrait se tenir que si Washington mettait un terme à son «terrorisme économique» en levant toutes ses sanctions imposées à l'Iran.

Il a en outre souligné qu'elle ne pourrait se tenir que dans le cadre du groupe des puissances ayant négocié l'accord sur le nucléaire conclu avec l'Iran en 2015 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne). «Tant que le terrorisme économique du gouvernement américain et les cruelles sanctions sont imposés au peuple iranien, il n'y a pas de place pour des négociations», a-t-il affirmé, selon Irna.

L'idée d'un dialogue direct avait également surgi fin août lors du G7 en France, où Donald Trump avait évoqué la possibilité d'autoriser l'ouverture d'une «ligne de crédit» limitée à l'Iran.

Signe de la «pression maximale» visant à forcer Téhéran à rouvrir les négociations, Steven Mnuchin et Mike Pompeo ont présenté mardi un nouvel arsenal législatif de sanctions contre des organisations iraniennes ou alliées de l'Iran. (afp/nxp)

Créé: 11.09.2019, 11h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.