Jeudi 2 juillet 2020 | Dernière mise à jour 22:26

Nigeria Boko Haram: depuis 2013, 1000 enfants enlevés

Depuis 2013, plus de 1000 enfants ont été enlevés par Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, selon l'Unicef.

Le président nigérian et des écolières libérées, le 23 mars 2018 à Abuja.

Le président nigérian et des écolières libérées, le 23 mars 2018 à Abuja. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les islamistes du groupe Boko Haram ont enlevé plus de 1000 enfants depuis 2013 dans le nord-est du Nigeria, a annoncé l'Unicef. Le rapport de l'agence publié vendredi marque aussi le quatrième anniversaire de l'enlèvement de 276 lycéennes dans la ville de Chibok.

«Les enfants du nord-est du Nigeria continuent d'être la cible d'attaques à une échelle révoltante», souligne Mohamed Malick Fall, directeur pour le Nigeria du Fonds des Nations unies pour l'enfance, dans cette étude. L'Unicef ajoute que 2295 enseignants ont été tués et plus de 1400 écoles détruites sur la même période.

Les écoles, tout particulièrement celles qui ont un programme laïc, sont régulièrement ciblées par le groupe djihadiste, dont le nom signifie en haoussa, l'une des langues du Nigeria, «l'éducation occidentale est un pêché».

C'est la première fois que l'Unicef publie une estimation chiffrée, basée sur des informations recueillies pour chaque cas, du nombre d'enfants enlevés par le groupe islamiste armé. Mais l'agence onusienne précise que le chiffre véritable pourrait être bien plus élevé.

Au total, l'insurrection de Boko Haram, qui cherche à instaurer un califat dans le nord-est du Nigeria, a fait au moins 20'000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009.

#BringBackOurGirls

Depuis son arrivée au pouvoir en 2015, le président nigérian Muhammadu Buhari a déployé un effort de guerre sans précédent face au groupe islamiste armé. Mais même affaibli, Boko Haram, qui a perdu de larges pans de territoire, n'a pas cessé ses attaques meurtrières, notamment contre des civils, et il conserve la capacité de mener des opérations de grande envergure.

En février, le pays avait ainsi été choqué par l'enlèvement par les djihadistes de 111 écolières à Dapchi, dans le nord-est. La plupart de ces jeunes filles ont été ensuite libérées, mais ce kidnapping de masse avait ravivé le douloureux souvenir du drame de Chibok, en avril 2014.

Quelque 276 jeunes filles avaient alors été enlevées dans un pensionnat par des insurgés, arrivés à la faveur de l'obscurité par dizaines à bord de camions et de pick-ups. Plus de cent d'entre elles seraient toujours détenues par le groupe.

Cette tragédie avait ouvert les yeux du monde sur les terribles exactions commises par Boko Haram au Nigeria, déclenchant une vague d'émotion mondiale avec le mouvement «bring back our girls» relayée jusqu'à la Maison Blanche par la Première Dame de l'époque, Michelle Obama. (ats/nxp)

Créé: 13.04.2018, 03h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.