Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 07:30

Nigeria Boko Haram ramène 104 écolières enlevées

Les jeunes filles avaient été kidnappées le 19 février dernier par les combattants islamistes. Les hommes armés ont déposé 104 écolières sur les 110 enlevées.

Image: DR/twitter

Galerie photo

Boko Haram: la communauté internationale mobilisée

Boko Haram: la communauté internationale mobilisée Le groupe islamiste armé Boko Haram multiplie les attaques sanglantes au Nigeria.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une centaine d'écolières enlevées le 19 février par des militants islamistes de Boko Haram à Dapchi, dans le nord-est du Nigeria, ont été ramenées mercredi matin à leur école par leurs ravisseurs. Ceux-ci n'ont pas expliqué les raisons de cette libération. Les autorités nigérianes nient tout versement de rançon.

Au moins 104 adolescentes ont été ramenées par des membres de Boko Haram, à bord de neuf camions, aux premières heures de la journée. Les adolescentes - parmi lesquelles se trouvait au moins un garçon - ont été «déposées sur la route, d'où elles ont naturellement rejoint leur foyer», a expliqué le ministre de l'Information, Lai Mohammed.

«Nous étions gardées dans une pièce et ils nous apportaient des ingrédients pour que l'on puisse cuisiner», a raconté Fatima Gremah, 13 ans. «Ils nous ont dit samedi de monter dans des bateaux. Nous avons passé trois jours sur l'eau et ensuite ils nous ont rassemblées sur des véhicules et nous ont dit qu'on rentrait à la maison», a expliqué la jeune fille.

Selon des sources contactées par l'AFP avant leur libération, les captives auraient été gardées sur des îles du lac Tchad, zone contrôlée par la faction reconnue par le groupe de l'Etat islamique (EI) à qui Boko Haram a prêté allégeance en 2015.

Jeunes et musulmanes

«Nous avons de la chance parce que nous sommes jeunes et musulmanes», confie Fatima. «Une d'entre nous, qui est chrétienne, est toujours avec eux. Ils ont dit qu'ils la libéreraient si elle se convertissait à l'Islam». Deux autres jeunes filles, Amira Adamu Mohammed et Aisha Alhaji Deri, 16 ans, ont expliqué qu'elles n'avaient «jamais été maltraitées». Toutefois, «cinq d'entre nous sont mortes le jour de l'enlèvement», a rappelé Aisha.

«Quand ils nous ont relâchées, ils nous ont dit d'aller directement à la maison et pas chez les militaires, parce qu'ils diraient que ce sont eux qui nous ont sauvées», a ajouté la jeune fille avant d'être récupérée par l'agence de renseignements nigériane.

Des combattants présumés de la faction de Boko Haram avaient mené le 19 février un raid sur le pensionnat de l'école pour filles de Dapchi (Etat de Yobe) et étaient repartis avec 110 jeunes filles âgées de 10 à 18 ans.

Le spectre de Chibok

Cet enlèvement de masse, qualifié de «désastre national» par le président Muhammadu Buhari, s'est déroulé dans des circonstances quasi identiques au kidnapping de Chibok, en avril 2014. Plus de 200 lycéennes avaient été enlevées, déclenchant une vague d'émotion mondiale.

Depuis, une centaine d'entre elles se sont échappées ou ont été libérées au terme de négociations avec le gouvernement et d'échange avec des prisonniers. Quatre ans après leur kidnapping, plus d'une centaine d'entre elles restent introuvables.

«Les efforts du président Muhammadu Buhari épaulé par les services de sécurité pour ramener les filles enlevées à Dapchi ont porté leurs fruits», selon un communiqué du ministère de l'information. Le président Buhari avait déclaré la semaine dernière que le gouvernement préférait la solution d'une négociation avec les insurgés plutôt qu'une opération militaire.

Grave manquement sécuritaire

«La violence et la confrontation n'auraient pas été la solution car cela aurait pu mettre en danger la vie des captives», a encore indiqué le ministre de l'information Lai Mohamed, soulignant que les négociations avaient été facilitées par des «pays amis» et que leur libération avait été «inconditionnelle». Sur son compte Twitter, la présidence nigériane a souligné qu'«aucune rançon n'a été versée».

Bien que l'armée et les autorités nigérianes ne cessent de répéter que Boko Haram est «techniquement vaincu», ce tragique épisode a mis en lumière les graves manquements sécuritaires dans le nord-est du pays. Le groupe islamiste armé ne contrôle plus de larges parties du territoire nigérian, comme ce fut le cas entre 2014 et 2015, mais il mène régulièrement des attaques meurtrières contre les forces de sécurité et les civils.

(afp/nxp)

Créé: 21.03.2018, 10h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.