Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:15

Brexit Boris Johnson plaide pour «une sorte d'accord»

Le favori pour le poste de Premier ministre a avoué qu'il aurait besoin de «la coopération» de l'UE en cas de sortie du Brexit sans accord.

Galerie photo

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont trouvé un accord réglant les modalités de leur divorce, ce 17 octobre 2019.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Accusé de fuir les questions et fragilisé par une histoire de scène de ménage, Boris Johnson a lancé une contre-offensive ces dernières heures sur les plateaux de télévision et radio, où il a défendu une «sorte d'accord» avec l'Union européenne tout en reconnaissant avoir besoin de «la coopération» de Bruxelles en cas d'échec.

Boris Johnson est sur les rangs pour succéder à Theresa May à la tête du Parti conservateur, et en conséquence du gouvernement britannique. Il est en rivalité avec Jeremy Hunt, actuel ministre des Affaires étrangères. Le nom du gagnant, désigné par un vote des 160'000 membres du Parti conservateur, sera connu le 23 juillet, a annoncé mardi le parti.

Dans cette course au pouvoir, Boris Johnson est donné favori. Mardi, il a signifié une nouvelle fois que l'accord de sortie conclu entre la dirigeante conservatrice et Bruxelles en novembre, qui a été rejeté trois fois par les députés britanniques, était «mort». Mais il a plaidé pour en conserver certains «morceaux utilisables» comme les droits des citoyens européens, à «immédiatement» intégrer à la loi britannique, dans un entretien avec la radio LBC mardi.

«On va avoir besoin d'une sorte d'accord, et c'est bien ce que je vise, pour obtenir une période de transition», clause que prévoyait le plan de Theresa May, a aussi dit l'ancien ministre des Affaires étrangères sur la BBC lundi soir.

Et pour faire peser la balance en faveur de Londres, Boris Johnson se «prépare sérieusement et avec détermination» à une sortie sans accord ou selon les termes de l'Organisation mondiale du commerce, un scénario qu'il affirme ne pas souhaiter tout comme les Européens.

Il a aussi appelé à insuffler «une ambiguïté créative» autour de la facture que devra payer le Royaume-Uni à l'UE à sa sortie, c'est-à-dire de ne pas dire clairement «quand ni quel montant de cette somme allait être payé».

Pas de frontière «dure»

«BoJo», 55 ans, a assuré que, lui Premier ministre, son gouvernement n'imposerait «aucune frontière dure (physique, ndlr)» en Irlande du Nord -- le retour d'une frontière entre cette province britannique et la République d'Irlande, membre de l'UE, étant l'un des dossiers épineux du Brexit. Il a également promis que le Royaume-Uni «n'imposerait pas de tarifs douaniers sur les biens qui arrivent au Royaume-Uni». Et cela même si, le 31 octobre, jour de la date-butoir du divorce, son pays quittait l'UE sans accord.

«Bien sûr, cela ne dépend pas juste de nous. Cela dépend de l'autre côté aussi», a-t-il reconnu, en faisant référence aux dirigeants européens, appelant à «la réciprocité et de la coopération».

Concernant les droits de douane, «ce qu'on ne peut pas faire c'est utiliser unilatéralement la solution du GATT 24», une disposition qui prévoit des dérogations aux règles de l'Organisation mondiale du commerce en matière de droits de douane. «Ce que nous pouvons faire est nous mettre d'accord avec nos amis européens et partenaires pour aller de l'avant sur cette base», a-t-il ensuite précisé.

«Ce serait vraiment bizarre que l'UE décide seule décide d'imposer des droits de douane sur les biens en provenance du Royaume-Uni», a-t-il poursuivi, estimant que cela nuirait aux entreprises et consommateurs européens.

Photo mystère

Malgré l'insistance des journalistes, il a en revanche refusé de répondre aux questions sur la querelle avec sa compagne Carrie Symonds, 31 ans, qui a fait la une des journaux pendant plusieurs jours.

Vendredi, la police londonienne s'était rendue au domicile du couple après avoir reçu un appel d'un voisin faisant état d'une bruyante dispute. Mais dimanche le couple se trouvait à la campagne, main dans la main, à en croire en tout cas une photo publiée par plusieurs médias.

Interrogé par la LBC sur cette photo, tombée à pic mais qui montre un Boris Johnson avec une coupe de cheveux différente, selon son interviewer, il a refusé de «commenter l'ancienneté des photos que certains journaux décident de mettre à leur une». La veille à la BBC, il avait refusé de parler «de choses qui impliquent ma famille, les gens que j'aime». (ats/nxp)

Créé: 25.06.2019, 02h28


Sondage

Selon vous, faut-il conserver...




Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.