Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:47

Royaume-Uni Boris Johnson va «se battre pour chaque vote»

Boris Johnson, arrivé au pouvoir fin juillet, refuse de dire s'il démissionnerait dans l'hypothèse où il échouerait à décrocher une majorité absolue.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré dimanche qu'il se «battrait pour chaque vote» d'ici aux élections législatives de jeudi. Il s'exprimait alors que son avance sur l'opposition travailliste se réduit dans certains sondages.

«Je vais me battre pour chaque vote», a déclaré sur Sky news le Premier ministre conservateur, qui espère remporter la majorité qui lui a fait défaut pour faire adopter son accord de Brexit au Parlement.

Selon l'agrégateur de sondages du «Guardian», les conservateurs bénéficient de 11 points d'avance sur les travaillistes (43% contre 32% des intentions de votes).

Pas de réponse sur une démission

Le dirigeant conservateur, arrivé au pouvoir fin juillet, a en revanche refusé de dire s'il démissionnerait dans l'hypothèse où il échouerait à décrocher une majorité absolue. «Je vais me concentrer sur les cinq jours qui viennent parce que je pense que c'est ce que les gens de ce pays attendent», a-t-il déclaré.

Boris Johnson a fait de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne l'axe principal de sa campagne. En cas de victoire, il prévoit de présenter à nouveau aux députés son accord de Brexit conclu avec Bruxelles pour que le Royaume-Uni quitte l'UE au 31 janvier, une date déjà repoussée à trois reprises.

Très critiqué pour son indécision sur le Brexit, le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a lui promis de négocier un nouvel accord avec Bruxelles et de le soumettre à un référendum, affirmant qu'il resterait «neutre» dans cette campagne.

Contradictions

Contredisant des documents gouvernementaux brandis par Jeremy Corbyn, Boris Johnson a assuré qu'il n'y aurait pas de contrôles ni de droits de douane entre la province d'Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni après le Brexit, un sujet polémique depuis le début de la campagne.

Il a néanmoins admis dimanche qu'il y aurait des contrôles, mais qui ne concerneront pas les produits circulant entre l'Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. «Les seuls contrôles» qu'il y aura porteront sur les biens «venant de Grande-Bretagne via l'Irlande du Nord» à destination de la république d'Irlande, a-t-il déclaré.

A la question de savoir qu'elle était la chose la plus «vilaine» qu'il était prêt à admettre, Boris Johnson, connu pour ses frasques, a répondu «rouler à vélo sur le trottoir», au temps où il circulait à vélo. A la même question, Theresa May, qui l'a précédé à Downing street, avait répondu «courir dans un champ». (ats/nxp)

Créé: 08.12.2019, 13h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.