Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 23:43

Londres Boris Johnson échappe à une enquête pénale

Soupçonné de conflit d'intérêts avec une femme d'affaire alors qu'il était maire, le premier ministre britannique ne sera pas poursuivi.

Le 31 janvier dernier, un manifestant anti-Brexit brandissait une pancarte dénonçant les liens douteux entre Boris Johnson et la femme d'affaires Jennifer Arcuri.

Le 31 janvier dernier, un manifestant anti-Brexit brandissait une pancarte dénonçant les liens douteux entre Boris Johnson et la femme d'affaires Jennifer Arcuri. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre britannique Boris Johnson ne fera pas l'objet d'une enquête pénale sur des subventions accordées à une femme d'affaires américaine dont il était proche, a annoncé jeudi la police des polices britanniques.

L'affaire, qui a éclaté à l'automne dernier, avait mis au jour les liens étroits du leader conservateur avec Jennifer Arcuri, ancien mannequin devenue femme d'affaires dans la haute technologie et qui avait bénéficié de financements publics lorsque Boris Johnson était maire de Londres de 2008 à 2016 et d'un accès privilégié à des missions officielles à l'étranger. Boris Johnson avait toujours contesté toute irrégularité et refusé de confirmer qu'il avait eu une liaison avec elle.

L'administration régionale du grand Londres a saisi le service compétent en la matière - l'Independent Office for Police Conduct (IOPC) - afin qu'il évalue s'il y avait lieu d'ouvrir une enquête pénale contre l'ancien maire de Londres. Après avoir examiné «900 documents» et les emails échangés pendant huit ans en lien avec ces soupçons, l'IOPC a estimé qu'il n'y avait pas lieu d'ouvrir une enquête pénale.

«Aucune preuve»

«Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant que M. Johnson ait influencé le versement de fonds de sponsoring à Mlle Arcuri ou qu'il ait influencé ou joué un rôle actif pour assurer sa participation à des missions commerciales», a déclaré dans un communiqué son directeur général Michael Lockwood.

En revanche, l'IOPC a estimé qu'il existait des éléments suggérant que les responsables qui prenaient les décisions à cet égard «pensaient qu'il existait une relation proche entre M. Johnson et Mlle Arcuri, ce qui a pu influencer leurs décisions». L'IOPC estime qu'il eut été «sage» de la part de Boris Johnson de déclarer cette relation comme un conflit d'intérêt. Ne pas l'avoir fait pourrait contrevenir au code de conduite de l'autorité du grand Londres.

Poursuivre l'enquête

Cette dernière a chargé son comité de surveillance de continuer à enquêter pour déterminer si Boris Johnson a fait preuve de la probité requise. Un audit du gouvernement avait conclu il y a plusieurs mois que l'attribution d'une dotation de 100 000 livres (118 000 francs) d'un fonds gouvernemental à Mlle Arcuri était justifiée. (afp/Le Matin)

Créé: 21.05.2020, 15h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.