Mardi 7 juillet 2020 | Dernière mise à jour 14:41

Royaume-Uni Boris Johnson et Jeremy Corbyn jouent leur va-tout

Boris Johnson espérait un triomphe dans les urnes afin de valider son projet de Brexit mais la récente progression du Labour dans les sondages a terni son enthousiasme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A quelques heures d'élections cruciales pour le Brexit, le premier ministre britannique Boris Johnson et son adversaire travailliste Jeremy Corbyn ont joué mercredi leurs dernières cartes. Le scrutin s'annonce serré, selon les derniers sondages.

Au terme d'une campagne où il aura préparé des doughnuts, changé une roue de Formule 1 et pulvérisé un faux mur symbolisant «l'impasse» du Brexit à l'aide d'un bulldozer, le dirigeant conservateur a débuté sa journée en livrant des bouteilles de lait à Guiseley dans le nord de l'Angleterre, à la surprise du couple qui lui a ouvert la porte.

Il a ensuite préparé une tourte au boeuf et à la bière, qu'il a comparée à l'accord de Brexit négocié avec l'Union européenne, mais qui n'a pas été voté au parlement, faute de majorité. M. Johnson compte «réchauffer» et resservir le texte aux députés, s'il gagne. «On le met au four. On claque la porte. On le sort et, voilà, on a fait le Brexit!», a déclaré Boris Johnson.

Arrivé au pouvoir fin juillet avec la promesse de sortir son pays de l'Union européenne, l'ancien maire de Londres consacre ses derniers déplacements au nord et au centre de l'Angleterre et au pays de Galles, régions traditionnellement acquises au Labour, mais favorables au Brexit.

«Mirages»

Il a convoqué ces élections avec l'espoir d'obtenir une majorité absolue lui permettant de sortir le processus de l'impasse et de tourner la page de cette saga qui divise profondément son pays depuis le référendum de 2016, remporté à 52% par le «leave».

Son adversaire Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste, a lui rassemblé ses troupes avant l'aube à Glasgow, en Ecosse, où il espère battre les indépendantistes du SNP. Il a promis «espoir» et «sécurité» aux électeurs et attaqué Boris Johnson sur son manque de sincérité, l'accusant de «faire des promesses qui se transforment en mirages le lendemain».

Face à la récente progression du Labour dans les sondages, Boris Johnson fait planer le «véritable risque» d'un Parlement sans majorité, qui prolongerait la crise politique. «Nous nous battons pour chaque vote», a déclaré mercredi M. Johnson.

Le dernier sondage de la campagne publié par l'institut YouGov donne son parti conservateur en tête des intentions de vote avec 339 sièges sur 650. C'est 20 députés de moins que lors des précédentes projections de YouGov, le 28 novembre, mais 22 de plus que par rapport au précédent scrutin de 2017.

Mais la marge d'erreur, l'impact d'un éventuel vote utile et la récente tendance en faveur du Labour peuvent encore conduire à un Parlement sans majorité. (ats/nxp)

Créé: 11.12.2019, 19h24

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.