Vendredi 28 février 2020 | Dernière mise à jour 10:22

Deepwater Horizon BP règle à l'amiable le procès de la marée noire

BP va indemniser à hauteur de 8 milliards de dollars les entreprises privées lésées à la suite de l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril 2010.

Un pélican couvert de pétrole pris en photo le 12 juin 2010 sur les côtes de Louisiane, prés de la plateforme accidentée Deepwater Horizon.

Un pélican couvert de pétrole pris en photo le 12 juin 2010 sur les côtes de Louisiane, prés de la plateforme accidentée Deepwater Horizon. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

BP va verser près de 8 milliards de dollars pour indemniser les entreprises privées lésées à la suite de la marée noire de 2010 dans le Golfe du Mexique. Le géant pétrolier britannique a conclu un accord à l’amiable en ce sens, à deux jours de l’ouverture du procès, qui a été ajourné.

Mais l’accord ne règle qu’une partie du contentieux. «L’accord proposé n’inclut pas les plaintes contre BP déposées par le ministère américain de la Justice, ou par d’autres agences fédérales, ou par des Etats ou des collectivités locales», a précisé le juge Carl Barbier en rendant public le texte qui doit encore recevoir son approbation.

Le compromis annoncé vendredi soir permet d’indemniser des entreprises privées de la région souillée par la marée noire qui a suivi l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon, comme les pêcheurs. L’accord ne prévoit pas de limite maximale à l’indemnisation de chaque victime, mais BP en a évalué le coût pour ses finances à 7,8 milliards de dollars.

Il marque «un net pas en avant dans la gestion des conséquences de l’accident survenu sur la plateforme Deepwater Horizon et un accroissement de nos efforts pour améliorer la situation économique et environnementale dans le golfe du Mexique», a estimé dans un communiqué le directeur général de BP, Bob Dudler.

«Mieux pour l’industrie»

«Aucune somme d’argent ne pourra ramener mon mari», a regretté Sherri Revette, dont le mari était décédé lors de l’explosion survenue sur la plateforme pétrolière. Grâce à un procès, «chaque partie reconnue coupable saurait quelle est sa responsabilité», souligne-t-elle.

«C’est bien qu’il y ait eu un accord», s’est de son côté félicité Acy Cooper Jr, un pêcheur de Venice, en Louisiane, et l’un des plaignants qui attaquaient BP: «Je ne voulais pas qu’on attende dix ans pour avoir notre argent. C’est mieux comme ça pour notre industrie».

Procès ajourné

L’accord va aussi se traduire par un nouveau report d’un procès très attendu, qui devait s’ouvrir lundi. Le juge Barbier a en effet décidé de l’ajourner sine die pour permettre notamment aux parties de «revoir leurs positions respectives».

Evoquant les plaintes fédérales visant encore BP, le porte-parole du département de la Justice Wyn Hornbuckle a de son côté souligné que même si le ministère «restait ouvert à un règlement à l’amiable juste et équitable, (il) était totalement prêt à plaider sa cause devant un tribunal».

BP a précisé que les 7,8 milliards de dollars seront réglés en puisant dans les fonds mis de côté par le groupe en 2010 pour indemniser les victimes de la marée noire, qui s’élèvent à 20 milliards de dollars.

Le géant pétrolier a déjà versé plus de 6 milliards de dollars à quelque 220’000 plaignants qui ont choisi d’être indemnisés dans le cadre d’une procédure d’urgence. Endiguer et nettoyer la marée noire lui a aussi coûté 13,6 milliards de dollars.

Amende fédérale

Si le géant pétrolier britannique espère partager la facture de la catastrophe avec certains de ses sous-traitants - auprès desquels il a déjà récupéré 5 milliards de dollars-, déterminer les responsabilités posera un défi juridique complexe et pourrait prendre des années.

BP, le propriétaire suisse de la plateforme Transocean et le groupe de services pétroliers Halliburton, qui en avait réalisé le coffrage en ciment, ont déjà été reconnus coupables d’avoir ignoré les signes avant-coureurs de la catastrophe.

Le juge Barbier doit déterminer si BP et/ou ses sous-traitants ont commis une «faute lourde» et fixer les dommages et intérêts. Si une négligence grossière était établie, l’une des amendes fédérales pourrait atteindre à elle seule jusqu’à 18 milliards de dollars.

L’explosion le 20 avril 2010 de Deepwater Horizon, à quelque 80 kilomètres au large de La Nouvelle-Orléans (Louisiane, Sud des Etats- Unis), avait fait 11 morts. La catastrophe avait également répandu des centaines de millions de litres de brut dans le golfe du Mexique jusqu’à la fermeture du puits quatre mois plus tard. (afp/nxp)

Créé: 04.03.2012, 17h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.